Ford Mustang… Celle de Bullitt !



V’là une star qui vient poser les roues sur DLEDMV… Aussi connue que Steve McQueen, le King of Cool,  illustre pilote/acteur qui l’a domptée pour l’une des scènes de poursuite les plus démentes du cinéma. Elle, c’est la Ford Mustang de Frank Bullitt, lieutenant de police de San Francisco… 

Pensez bien qu’il y a pas mal de choses à raconter sur cette superstar de cinéma, parce que qu’à côté de Steve McQueen, l’autre star du film, c’est bien elle ! Notamment grâce à cette course poursuite qui est aujourd’hui totalement indissociable de “Bullitt”. La scène qui dure plus de 10 minutes et se déroule en grande partie dans les rues de San Francisco, est d’un réalisme hallucinant, et les spécialistes ont reconnu que la notoriété du film venait en grande partie d’elle (Enfin, le scénar’ est pas mal aussi !). 

C’est McQueen qui conduit la Mustang pour la plus grande majorité de la poursuite, sauf pour certaines cascades où la production, et surtout les assurances, ont refusé de faire prendre trop de risque à l’acteur. Au volant de la Charger,  Bill Hickman, pilote et ami de McQueen. Tous les 2 se sont longuement entrainés sur circuit, à se frôler, à se pousser, mais surtout, à prendre confiance l’un en l’autre.

© Car Chase Wonderland 2

Ca, c’est pour le  film. Concernant celle qui nous intéresse aujourd’hui, la Mustang est une Fastback GT390 de 68 avec boite 4 manu. Enfin la Warner Bros commande 2 Mustang à Ford, mais au final, elles seront fournies gracieusement suite à un arrangement commercial. La 1ère (N° de série 8R02S125558) servira pour les cascades, alors que 2nde (N° de série 8R02S125559) sera celle pour les scènes avec McQueen à son volant. 

A la demande de McQueen, les caisses vont être dé-siglées, si ce n’est le logo sur le volant. De plus les freins, le moteurs et le châssis vont être légèrement modifiés et renforcés tout comme les têtes d’amotos pour recevoir des Koni. Les ressorts avant sont raccourcis et une barre antiroulis plus grosse vient équiper le train avant. Au niveau du 6.4l, il reçoit un carbu quadruple corps Holley et une ligne spécifique séparée en 2. Son radiateur est plus gros et passé en alu. Enfin elle est chaussée en American Racing Torq Thrust. La légende est en route !

Pour la course poursuite, Ford prête 2 Galaxie Sedan (A ne pas confondre avec le Galaxy !). Mais après plusieurs essais, il s’avère que la grosse berline est trop lourde et sur les bosses de San Francisco, elle ne saute pas ! La production va donc lui préférer 2 Dodge Charger, dont une R/T 440ci dont les suspensions seront renforcées.

Pour le tournage, Peter Yates, le réalisateur, demande aux pilotes de ne pas dépasser les 120,  130 km/h. Pourtant McQueen et Hickman iront à quelques reprises à plus de 180 ! Avec les différentes prises de vues, les caméras subjectives, les prises de son et le talent des pilotes, la scène est d’un réalisme surprenant, devient l’un des moments clés du film et rentre dans la légende du cinéma Hollywoodien. 

Une fois le film fini, la 558, celle qui a servi aux cascades, est mise à la retraite forcée sans pour autant être détruite. Elle disparait de la circulation avant d’être retrouvée par hasard au Mexique avant d’être rachetée et rapatriée en Californie.

Quant  à la 559, celle de McQueen, c’est Douglas Ross, un employé de la Warner qui va la racheter avant de la revendre en 70 à un officier de police du New Jersey qui va la garder 4 ans. Elle change ensuite de main en 74 et rejoint le garage de Robert et Robbie Kiernan. Elle devient leur daily. 

En 77, ils reçoivent une lettre de Steve McQueen qui leur demande de lui vendre la Mustang. Il leur propose de leur en offrir une autre en échange et même s’ils le souhaitent, de la leur équiper à l’identique. Il souhaite la conserver telle qu’elle a terminé le tournage, car pour lui, elle fait partie de la famille. Il conclut cependant en disant que si cela devait impliquer trop d’argent, il préfère l’oublier (En gros, il veut bien faire un effort, mais pas se faire sodomiser !). Les Kiernan refusent la proposition… cela n’empêchera pas McQueen de revenir régulièrement à la charge, sans succès. 

La voiture restera au sein de la famille Kiernan même si ils cessent de rouler avec à partir de 1980 après avoir quand même fait plus de 74000 km à son volant. Ils déménagent ensuite à Cincinnati puis partent en Floride. La voiture est laissée dans le garage d’un ami dans le Kentucky avant d’être rapatriée à Nashville au bout d’une 20aine d’années. En 2014 Robert Kiernan décède et la Mustang est alors léguée à son fils Sean qui décide de la remettre en route et de la restaurer mécaniquement tout en lui laissant son aspect et sa patine originale. 

L’année dernière, il se rend auprès de Molly McQueen, la petite fille de Steve. C’est officiellement les 1ères retrouvailles entre la Mustang et la famille McQueen. Et l’histoire ne s’arrête pas là puisque Sean sera également présent au salon de Détroit pour la présentation de la série limitée Bullitt de l’actuelle Mustang. Ford a toujours été au courant de l’appartenance de la Mustang par la famille Kiernan, mais a préféré garder le silence pour des raisons de sécurité et éviter tout risque de spéculation ou que la famille soit harcelée par des collectionneurs. Il faut savoir qu’en terme de côte, pour le moment, aucune des 2 Mustang ne s’est encore retrouvée sous le marteau d’un commissaire priseur. Le modèle retrouvé au Mexique a été estimé à plusieurs millions… Pour celui de Sean Kiernan, personne ne veut s’engager à donner le moindre chiffre, mais il est fort probable que le jour où il décidera de s’en séparer, elle explose toutes les estimations !

Après, il reste l’option réplique ! D’ailleurs en 2011, Chad McQueen, le fils de Steve, lui aussi pilote, s’est fait construire une réplique de la Mustang de son père (Mais avec un moteur Roush, c’est d’ailleurs elle qui illustre cet article aux côté de l’originale !). Il l’a revendue 3 ans plus tard… 

Voilà, logiquement je n’ai rien oublié… vous savez désormais presque tout sur ce qui doit être la Mustang la plus désirée de la planète, mais aussi la plus cool !

© Ford via signatures éventuelles


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *