Lexus GS300 Turbo… Dévergondée !



En fait il s’agit d’une Toyota Aristo V300, clone de celle qu’on a connu chez nous sous le nom de Lexus GS300 ! En tout cas, que ce soit avec l’une ou l’autre, entrez dans le monde du silence, du confort, du luxe et de la volupté, en toute sobriété. Le genre d’engin qui attire l’attention des épicurien de la route, qui savent qu’il n’y a pas que les allemands qui maitrisent ce genre de standard…

Même si d’origine, la Lexus GS300 n’a absolument rien de sportif… Son 6 en ligne 3.0l envoie 221 ch sur les roues arrière via une boitoto sous Xanax ! C’est souple, calme, totalement en adéquation avec le statut de la grosse berline qui se doit de transporter ses occupants sans les stresser. Mais voilà, le soucis, c’est que ce moteur, il est logoté 2JZ-GE, l’ogive mécanique de chez Toyota mais dans sa version atmosphérique, aseptisée et assagie. Mais le monstre sommeille toujours… et vous pensez bien qu’histoire de remuer la tôle de notre placide berline, certains s’amusent à aller réveiller le gazier…. ou directement à le remplacer par son grand frère turbalisé, le 2JZ-GTE.

C’est le cas de notre GS du jour qui, pour l’occase, reçoit le renfort d’un Garrett GT35R ainsi que tout le bazar qui va avec, admission, gestion, injection, cooling, échappement… Tout est signé des plus grands de la prépa, Greddy, HKS, Tom’s, ARC, Fudjitsubo… Au niveau du châssis, Bold World fournit les boudins gonflables, K Sport se charge du freinage et le tout repose sur des Work Emotion en 19′ chaussées en Dunlop SP Sportmaxx.

Dans l’habitacle, c’est manos à tous les étages, baquets Bride Euro II en cuir rouge, comme le reste de la sellerie. Un volant Momo Jet replace e bloc d’origine… Oui, le luxe a laissé sa place au sport. Et ça ne choque pas puisque la Lexus n’est plus là pour se la jouer pullman tranquille, mais plutôt pourfendeuse de gomme !

Enfin au niveau esthétique, la berline affiche là encore la couleur. Elle reçoit un kit C-One et des prises d’air latérales Artisan Spirit, des phares Rowl, des rétros Ganador, et l’ensemble essaye de rester discret sous une robe noire brillante. 

Comme d’hab, on ramasse à la pelle avec un pullman dévergondé qui oublie ses bonnes manières au profit d’un peu (Beaucoup !) de piquant… C’est presque à se demander sur la GS300 n’attend pas que ça, de se retrouver avec les pneus qui fument ! Enjoy…

© RIGS Media


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.