Nous sommes à Genève en 1991. Cela fait déjà 10 ans que la M1 a quitté le catalogue du constructeur bavarois. Allez savoir si c’est un hommage à Giugiaro, l’envie de proposer une nouvelle supercar dans sa gamme, ou une autre raison, mais BMW compte frapper fort avec un concept qui à bien l’intention de violer les rétines de tous les visiteurs du salon suisse… la BMW Nazca !

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 1

Elle est magnifique… ou plus elles seront, car il y aura 3 variantes de la BMW Nazca. L’hommage, c’est Ital Design qui va le signer. Notamment Fabrizio Giugiaro, le fils de Giorgetto, designer de génie et créateur, entre autres, de la BMW M1, la supercar bavaroise qui a vu le jour en 78. 


Après 3 ans de carrière, la M1 n’a pas eu de remplaçante. Est-ce un appel du pied de Giugiaro ? Ou l’envie de BMW de proposer un écrin plus futuriste à son V12 qui fait déjà le bonheur de le 850i . Il n’empêche que lorsque le concept Nazca M12 est présenté à Genève en 91, les choses sont sérieuses. Le châssis est celui de la 850i, sauf que le V12 a migré en position centrale arrière pour reprendre l’architecture de sa glorieuse ainée, mais aussi, pouvoir dessiner un profil affiné. Surtout que nous sommes au début des 90’s. La mode, aux arêtes et aux angles vifs a laissé a place au Bio Design… L’inspiration se trouve dans la nature, l’air, l’eau, la douceur, les courbes sont à la mode. Et la Nazca ne va pas y échapper, bien au contraire. C’est une bulle, fine et lisse comme un galet. Juste équipé de 2 gros phares et de sa calandre avec ses haricots.

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 2

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 3

La voiture est fine, large, basse, musclée… futuriste. La caisse est en aluminium et carbone. Elle adopte des portes papillon. L’habitacle n’a pas l’air échappé d’un film de science fiction. Au contraire, on retrouve le sérieux de la Deutsch Qualität avec ce tableau de bord tourné vers le pilote, un signe distinctif des BMW, malheureusement disparu aujourd’hui. 

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 4

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 5

Le V12 est laissé tel quel… 300 ch pour 5.0l de cylindrée. Mais là où la Nazca M12 fait la différence, c’est qu’elle n’accuse que 1.100 kg. Du coup, BMW annonce 290 km/h… même si bien entendu personne n’aura jamais l’occasion de tester !

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 6

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 11

Alors que le coup de pub fait son effet, Ital Design et BMW envoient la 2ème couche à Tokyo l’année suivante avec la Nazca C2. Mais ce coup ci, un 3ème partenaire rejoint l’aventure. Les sorciers d’Alpina se sont penchés sur le V12 pour lui tirer 350 ch des entrailles. Le style évolue gentiment, les gros phares disgracieux disparaissent du capot pour aller se loger de chaque côté des haricots. La face avant gagne encore en finesse. Pendant c’temps là la partie arrière intègre un aileron. La vitesse de pointe passe à 298 km/h.

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 12

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 13

Enfin, l’estocade finale aura lieu lors du Grand Prix de Monaco en 93. Ital Design y présente la Nazca C2 Spider. Chez Alpina on a shooté le V12. Il est passé à 5.7l et 380 ch. L’aéro est peaufinée pour une Vmax annoncée à 341 km/h.

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 14

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 23

Il faut savoir qu’une production est sérieusement envisagée. Les clients sont tous prêts à aller signer les dossiers chez https://www.creditauto.fr/  ! Mais l’histoire s’arrêtera malheureusement là. BMW propose à Alpina de se charger de la production, mais le préparateur est effrayé par l’investissement que représente la Nazca. Puis l’amortissement engendrerait un prix de vente qui dépasserait les 600.000 Mark (Plus de 300.000 € à l’époque), soit bien plus que tous ceux demandés par la concurrence. Le risque est trop élevé, Alpina refuse et BMW classe le projet Nazca après avoir assemblé 5 modèles, un M12, trois C2 et un C2 Spider. 

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 24

BMW Nazca... Pas la peine d'un crédit auto ! 33

Est ce que la Nazca a eu raison des envies de supercars chez BMW ? Alors que chez Mercedes on met à contribution McLaren pour la SLR puis AMG pour la SLS et la GT, et que du côté d’Audi on propose la R8, chez Béhème, on n’a jamais osé remplacer la M1. Et ce n’est pas la i8, ovni hybride un peu seul dans son coin qui changera les choses. La gueule, elle l’a… Mais ce n’est pas assez pour en faire une supercar ! 

© Selim Yılmaz & signatures éventuelles


Pin It on Pinterest

Share This