Sélectionner une page

Ici on vous balance souvent des caisses des années 30, sublimes, racées, où le châssis est fabriqué par un constructeur et carrossé par un artiste, le carrossier. On se dit que ça ne se fait plus, et pourtant, les carrossiers existent encore. Place donc à la Touring Superleggera Disco Volante, l’Afla Romeo 8C qui déboîte !

On va pas s’mentir les gars. On vous tease le truc comme l’arrivée d’une grande diva, mais en fait, Julien vous avait déjà présenté la Disco Volante Spider lors de sa présentation, il y a déjà 4 ans ! Aujourd’hui du coup, on va s’intéresser à la version coupé. La base, c’est l’Alfa Romeo 8C Competizione, mue par le fameux V8 4.7 de la Maserati Gran Turismo, ici dans une version 460 ch. Oui, c’est bien ce V8 atmosphérique qui nous fait rêver dès qu’on l’entend.

« Il sonne comme Otis Redding » disait Jeremy Clarkson lors de l’un de ses plus beaux essais, celui de cette fameuse Disco Volante. Mais bon, quand on connaît le prix de l’affaire (plus du million), on se doute que les quelques acquéreurs ne l’ont pas achetée pour son seul moteur, car pour quasiment 750 000€ de moins, ils pouvaient se payer une « banale » 8C. Non, ici c’est un travail d’orfèvre qu’on s’achète, celui d’un châssis entièrement rhabillé à la main.

C’est au concours d’élégance de la Villa D’este que le carrossier Touring Superleggera présente en 2012 le concept Disco Volante. L’accueil du public est au rendez-vous, si bien qu’Alfa et Touring décident de passer la seconde pour produire une très petite série (prenez-en d’la graine les français !!) de 4 coupés et 7 cabriolets. Ah oui, on a dit très petite !

Pas de changement sur le plan mécanique, mais esthétiquement, ouah ! La claque ! Il est toujours difficile de décrire avec nos trippes ce qu’on ressent en regardant une caisse, alors on va trouver autre chose. Les onomatopées ! Et comme on a eu la chance de se retrouver en face, ça a du donner un truc du genre « naaaaaannnnn, pooooh ! Elle tue ! Regarde la ligne putain, regarde la ligne ! ».

Tout ça pour vous dire que oui, toute la carrosserie à été revue et reprise à la main, dans l’esprit de la première Disco Volante « C52 » de 19…52 ! Alors dans l’esprit hein, car bon, on est quand même sur un style néo-rétro qui passe bien. Les lignes sont – forcément – résolument modernes, la caisse est plus large, et sublimée par les couleurs que choisissent les propriétaires. Alors forcément le rouge ça déboite, mais on la retrouve aussi dans des configurations aussi rares qu’inattendues comme du… Vert Anglais !

Bref , à force de trop causer, on en oublie d’admirer cette pièce d’art sur 4 roues, on vous laisse donc en profiter ci-après, en vous souhaitant (et en nous souhaitant par la même occasion…) de pouvoir en prendre le volant et de sortir notre « in love face » à la Clarkson…

© Classicdriver.com