Les Etats-Unis ont vu nombre de courants automobilistiques traverser les frontières et être reconnu dans le monde entier. Lowrider, Hot Rod, drag racing, etc.. Mais le Slab, lui n’a jamais vraiment quitté le Texas… Et même une seule ville : Houston.

Slab Culture - Welcome to Houston ! 1

Il y a deux choses qu’on aime chez DLEDMV (entre autres), ce sont les bagnoles et le Hip Hop. Et quand on mélange les deux dans un shaker Texan, il en sort le Slab. L’explication la plus courue de ce mot serait « Slow, Loud And Bangin' ». On aura beau y trouver des ressemblances avec le lowriding, c’est un truc qui est fondamentalement né à H-Town (C’est le petit surnom de Houston).


Mais avant de parler des bagnoles, il est important de parler de la scène Hip Hop locale, parce que les deux sont étroitement liés. On parle toujours de East Coast et West Coast, mais beaucoup moins du Dirty South. Et pourtant, bon nombre de rappeurs au succès incontesté et incontestable sortent tout droit du Dirty South comme T.I., Lil’ Wayne, Ludacris, Outkast ou plus récemment Travis Scott. Si les cotes est ou ouest se limitent généralement à New York, Los Angeles et leurs banlieues. Le Dirty South se veut plus large en englobant Atlanta, Memphis, Miami, La Nouvelle Orleans et surtout Houston.

Slab Culture - Welcome to Houston ! 2

Slab Culture - Welcome to Houston ! 3

Le style que l’on doit retenir de Houston est le « Screwed ». Un genre de rap un peu psychédélique avec des sons hyper ralentis que les H-Town boyz adorent écouter bien déchirés à la codéine. Un peu spécial à écouter mais hyper important pour la culture de la ville. Car bien que le Slab ait vu le jour dans les années 70 avec la Pimp Culture, c’est bien grâce à ce son que cela vraiment a explosé dans les années 90. Et ceci grâce notamment à un homme : DJ Screw, l’un des DJ les plus connus du Dirty South. Tristement mis en lumière récemment avec la mort de Big Floyd, plus connu sous le nom de Georges Floyd, qui était un proche de DJ Screw.

Ce qui nous amène aux bagnoles, parce que c’est quand même pour ça que vous êtes venus ! L’essence du Slab est d’aller doucement (Slow), musique à fond (Loud), et rouler (And Bangin’). Tout ceci dans des caisses aussi voyantes et clinquantes que des Bosozoku. Les bagnoles sont majoritairement des grosses berlines Américaines ou des cabriolets, peintes avec des couleurs bien flashy, avec une sono à vous déchausser les molaires diffusant du rap, et surtout ces jantes…

Slab Culture - Welcome to Houston ! 14

Slab Culture - Welcome to Houston ! 15

C’est le signe distinctif qui différencie le Slab de tout le reste. On les appelle « Wire Wheels » ou « Swangas ». Il en faut au minimum 5 sur la voiture. Les 4 habituelles et une sur le coffre. Voire même 2 sur les ailes avant en plus ! Pas la peine d’aller fouiner sur le bon coin, il n’y a qu’au Texas que vous en trouverez. Et de toute façon, je vois mal comment vous pourriez rouler avec un truc pareil en France sans découper les bas de caisses de toutes les bagnoles que vous croiserez. Heureusement que les routes sont larges aux U.S.A. ! James Bond que j’ai eu au téléphone m’a d’ailleurs confirmé que ça fonctionnait pas mal sur son Aston.

Slab Culture - Welcome to Houston ! 16

Slab Culture - Welcome to Houston ! 17

Mais les swangas sont plus que des jantes à Houston. C’est un art de vivre, un signe de reconnaissance, un bond dans l’échelle sociale ! Si vous avez des Swangas « you’re that guy ! » D’ailleurs, nombre d’agressions et de vols sont dus à ces jantes. Certains sont même prêts à tuer pour en avoir. Et pour cause, un set de Swangas peut coûter jusqu’à 10 000 $ ! Mais au delà du prix, c’est le symbole qui compte pour eux.

Slab Culture - Welcome to Houston ! 18

Slab Culture - Welcome to Houston ! 19

Alors c’est sur que vu d’ici, ça à l’air d’être un truc d’extra-terrestre. Un peu comme le Donk. Mais il est important de comprendre que c’est une culture à part entière, et non pas juste peindre sa caisse en rose et coller 4 ou 5 jantes avec des antennes radio à la place des moyeux.

Slab Culture - Welcome to Houston ! 20

C’est la qu’on est censés tous se rejoindre. Nous faisons tous partie d’une même catégorie de personnes qui vivent autour d’une même passion et l’expriment dans leurs bagnoles, chacun à sa façon. Il n’y a ni couleur de peau, ni race, ni religion, ni politique. Seuls comptent les moments ou l’on se retrouve avec notre passion commune. Et peu importe si ton voisin aime le tuning, le stance, le lowrider, les Japonaises, les Françaises ou les Allemandes, les stock ou les modifiées, etc… On vit tous dans le même monde, celui qui sent l’essence, ne l’oubliez jamais…

Slab Culture - Welcome to Houston ! 21

©Houstonpres.com & signatures éventuelles