Sélectionner une page

La Continental Mark II est surement la caisse qui aura été la plus luxueuse de l’histoire de l’automobile Américaine. Modifiez ce genre de caisse en Europe et vous vous ferez pourrir la tronche pas tous les pseudos puristes, mais aux U.S.A. c’est normal, et même conseillé !

Les ricains ont toujours voulu se mesurer aux Européens en ce qui concerne les bagnoles. Mais il y a un secteur ou le vieux continent à toujours été supérieur, c’est dans celui de la caisse de luxe, mais genre l’ultra luxe ! C’est dans ce contexte que dans l’Amérique d’après guerre, Ford décide de créer la division Continental pour concevoir des caisse ultra luxueuses pour concurrencer Rolls Royce, Bentley ou encore Mercedes.

Le jeune William Clay Ford (le petit fils d’Henry Ford) prend la tête du projet. Du haut de ses 26 ans à l’époque, il sélectionne une Dream Team pour donner une succession à la Lincoln Continental des années 40, mais en mettant les choses au clair direct : Cette voiture n’est pas une Lincoln, mais bien une Continental à part entière, bien que le logo de la marque Lincoln sera conservé et apposé sur le capot.

Plusieurs projets sont alors dans les cartons. Un coupé, un cabriolet et une berline 4 portes. Une unité de production est spécialement construite pour accueillir toutes les mains qui fabriqueront l’auto. Car oui, chez Continental, division de Ford, l’inventeur de la chaine de production, les autos seront assemblées entièrement à la main ! Ce qui d’ailleurs à fait perdre un paquet d’oseille à la marque. Environ 1000$ par exemplaire (10% du prix de l’auto !). Alors évidemment dit comme ça, ça ne fait pas beaucoup. Mais sachez juste que 1000$ de 1954 correspondent à environ 11 000$ de 2021. Voila voila…

Les standards de production étaient donc extrêmement élevés. La qualité était au centre de l’attention. Chaque employé de l’usine était chargé de surveiller la moindre couille dans le potage. Il se dit même qu’un jour l’agent de sécurité chargé de l’accès à l’usine aurait renvoyé une voiture qui partait pour être livrée car il avait constaté un défaut sur la peinture.

A son époque elle fut la voiture la plus chère de toute la production automobile Américaine avec un prix autour de 10 000$ (Environ 110 000$ de 2021… La conversion, l’inflation, tout ça…). Et avec une production totale d’un peu plus de 3000 exemplaires sur 2 ans, vous aurez compris à quel point cette voiture est une légende.

Et cette légende, les frères Calvin et Leon Moore de Nashville se sont dit qu’elle méritait bien un petit restomod. Mais tellement discret qu’on à du mal à imaginer le travail qui a été fait dessus. La caisse à entièrement été mise à nu et décapée chimiquement. Les trains roulants ont été modifiés pour accueillir les suspensions indépendantes Kugel Components et le freinage Wilwood.

L’intérieur est entièrement revu avec un nouveau tableau de bord ainsi que sa console centrale, des compteurs et des sièges plus modernes (qui claquent leur mère ils faut bien le dire !) entièrement rhabillés de cuir rouge.

Le V8 Lincoln Y-Block de 285 chevaux d’origine laisse sa place à un V8 427 Robert Pond Motorsport. Si ça ne vous dit rien, sachez qu’il se revendique comme le meilleur fabricant de moteurs sur base Ford FE au monde, et qu’il à fourni un nombre incalculable de caisse de drag, notamment des Gassers.

Ce moteur tout alu moulé chez Robert Pond est composé de bielles SCAT, d’un arbre à cames Comp Cams, de pistons CP, d’une pompe à eau Edelbrock, d’un allumage MSD et de plein d’autres trucs de ouf ! Il revendique une puissance de 642 chevaux. Ce qui n’est pas de trop pour bouger le gros fion de plus de 2 tonnes de la Mark II.

Pour faire saigner du nez encore les puristes, sachez qu’une Continental Mark II entièrement d’origine se vend autour de 50 000 $. Celle-ci avec son restomod de qualité s’est vendue pour 154 000$. Je vous laisse méditer la dessus…

©RM Sotheby’s via Silodrome.com