Sélectionner une page

Put**n pour une fois que c’est l’inverse. D’habitude aux States ils collent des V8 de partout ! Dans une Mini, le chat, ou encore le cul de ma voisine ! Eh bien là c’est le contraire. Et pas dans n’importe quoi. Direct dans le roi des Hot Rod, le Ford 32, le Deuce, qui au lieu de se retrouver motorisé par un V8 élevé à Détroit, se la joue rebelle en V12 Jaguar… Tout fout l’camp !

C’est en début 2010 que ce Hot Rod a fait ses premiers tours de roues. La caisse est une Reprosteel donc comme son nom l’indique une reproduction en acier. Oui, le Ford 32 a une telle aura et est tellement recherché par les amateurs de Hot Rod, que certains spécialistes se sont lancés dans la reconstruction de caisse. En fibre pour certain et en acier pour d’autres.

Ici, par rapport à une Ford 32 standard, la coque a été élargie de 6″ et rallongée de 7″. Le pare brise est choppé et un duo d’arceaux vient renforcer la caisse juste derrière le cockpit. Calandre verticale personnalisée, capot alu, feux à LED frenchés, phares calés sur le triangle supérieur et robe Adriatic Blue piquée au nuancier Jaguar, au final le style n’a plus grand chose à voir avec un deuce… mais c’est pas grave, elle claque.

Les châssis est réalisé sur mesure… obligé ! Il reçoit des trains roulants Jaguar à double triangulations, chromés et maintenus par des combinés réglables. Le freinage est lui aussi d’origine anglaise, avec la particularité d’être en onboard à l’arrière, juste en sortie de boite. Aux quatre coins, on retrouve d’originales et massives jantes polies signées Billet Specialties et enveloppées de pneus Dunlop SP Sport 9000 en 205/50-15 à l’avant et 285/50-18 à l’arrière (mais vous l’aviez deviné !).

Dans l’habitacle, c’est ambiance salon anglais. En dehors de la planche de bord qui reprend la couleur extérieure, c’est moquette épaisse au sol, chrome, cuir beige et placage en acajou reluisant, pour finir sur les sièges tendus de cuir beige qui viennent eux aussi de chez Jag’. On retrouve quand même une sono JVC et une clim Vintage Air mais une fois encore, même si on est complètement à côté du burger, ça colle avec l’esprit de la voiture…

Car le coeur de la bête vient lui aussi de Coventry. Oubliez le roturier V8 élevé au Jack Daniel’s… place au V12 abreuvé à l’Adnams Triple Malt ! Le 5.3 l a reçu le renfort d’arbres à cames ISKY XM-2, d’un allumage Crane Fireball, d’une admission sur mesure gavée par deux carbus Holley 350, d’un gros radiateur alu accompagné d’un ventilo électrique et d’une ligne full inox sur mesure. La puissance ? On s’en branle ! Allez, tablez sur 300 ch hors taxes qui filent aux roues arrière via une boite 5 manuelle Tremec avec embrayage hydraulique !

A l’arrivée, même quand on aime les hot rod, faut quand même reconnaitre que beaucoup se ressemblent. De toute façon, il n’y a pas à tortiller, à part casser les codes, il n’existe que deux écoles. Soit faire du traditionnel en respectant les règles ancestrales. Soit réussir à trouver l’originalité qui le fera sortir du lot. Et quand quasiment tout a déjà été fait ou tenté, c’est surement la recette la plus délicate et compliquée. Faire différent, tout le monde en est capable… mais faire beau, c’est une autre histoire. Du coup, le mélange Ford 32 et Jaguar Touch’, fallait oser, gérer, et finalement, ça claque bien !

© aribeau via BaT

a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a aa a a a