Sélectionner une page

Quand on dit Subaru Impreza STi, on pense soit au rallye, soit aux kékés qui s’alignent dans les runs de zones indus ! Aujourd’hui, on va s’intéresser au premier. Et pas à moitié puisque c’est une vraie Impreza STi Spec C de chez Prodrive qui débarque. Une Gr.N qui sert de chasseuse de scratch à Jean-Louis Moreno, un de nos DLEDMV Racers…

La Subaru Impreza, c’est 19 ans de présence en rallye, trois titres de champion du monde constructeurs (95, 96 et 97) et pilotes (McRae en 95, Burns en 2001 et Solberg en 2003). Une légende du sport auto mais aussi des amateurs de sportives. Son ADN de sprinteuse et de suceuse à bitume va lui faire gagner ses lettres de noblesse. Au delà de ses perfs et de son efficacité hallucinante, la force de l’Impreza était aussi venue de son prix. En novembre 93, elle débarque sur le marché français avec son look échappé des spéciales, son Boxer 4 2.0 Turbo 16 de 211 ch, sa transmission intégrale permanente avec ses deux visco et ses 155.000 Fr (23.000 € !). Pour le même prix à l’époque, t’avais une Golf VR6, pendant que toutes ses concurrentes (Escort Cosworth, Delta HF Evo 2…) s’affichaient à quasiment 15000 € de plus.

Mais voilà, à l’approche de 2010, après deux générations, plusieurs restylages et une évolution du Boxer 4 de 2.0 l en 2.5 l pour 2005, chez Subaru on a décidé de tronquer le cul de l’Impreza pour lui coller un hayon à la place mais surtout, on s’est pris pour un constructeur allemand. Plus de puissance, plus de technologie, plus d’équipements, plus de poids… pour un tarif qui a explosé. Les ventes ont chuté (du moins en Europe), les budgets se sont resserrés et la marque a fini par quitter le monde du rallye. Mais ceci est une autre histoire…

De l’autre côté, il y a Prodrive. La structure créée par David Richards et Ian Parry en 83, va se charger des 911 SC engagées par le Rothmans Porsche Rally Team, puis en 86 de la Metro 6R4 avant de débarquer en BTCC en 87 avec la BMW M3. Depuis, Prodrive est devenue l’un des spécialistes les plus réputés pour se faire le partenaire idéal aux programmes officiels des constructeurs. C’est pour cela qu’en 90, Subaru va lui confier la préparation et la gestion complète de toutes voitures engagées au championnat du monde des rallyes.

Donc quand vous croisez une Impreza en rallye et qu’on vous explique qu’il s’agit d’une véritable caisse sortie des ateliers de chez Prodrive, vous savez que vous êtres devant un engin de guerre. Car au delà des WRC et de l’élite mondiale, Prodrive a également commercialisé auprès des teams privés plusieurs voitures prêtes à courir, que ce soit en Gr.A, en WRC ou en Gr.N.

C’est donc l’une d’elles qui a fini entre les mains de Jean-Louis Moreno, un spécialiste de la restauration, préparation, recherche et location de voitures de sport pour la route ou la course, basé à Monestier de Clermont au sud de Grenoble. Voilà, le gars qui carbure à l’essence et qui forcément, rejoint l’équipe des DLEDMV Racers.

Avec plus de 40 départ à son actif, Jean-Louis a arpenté les spéciales pendant plusieurs années au volant d’une Lancer Evo 6, remplacées ensuite pour deux saisons par un Evo 9 avant de passer à cette Sub’ Impreza STi, préparée pour courir en classe N12.

Bien entendu, son passage chez Prodrive l’a faite passer en Spec C. Ca signifie que la caisse a eté désossée, ressoudée, renforcée, arceautée et coursifiée. Dans l’habitacle vidé, on retrouve deux baquets Sparco avec harnais RRS, des placages carbone habillés de manos additionnels afin de veiller au grain du Boxer 4. Contrairement à la version route qui adoptait le 2.5 l Turbo de 280 ch, la sprinteuse repassait au 2.0 l, le seul homologué en rallye. Sauf que pour l’occasion, il est légèrement revu, équipé d’une nouvelle reprog’ afin de coller au règlement et sort 310 ch pour 600 Nm de couple. Associé à une boite 6, il distribue les watts aux 4 roues via une gestion centrale DCCD accompagnée de deux différentiels à l’avant et à l’arrière. Sur asphalte les jantes sont en 18″, comme ici avec les Compomotive Motorsport CXT. Derrière, le freinage STi est en fait signé Brembo avec étriers 4 pistons et disques de 326mm devant et 2 pistons pour mordre du 316mm derrière. Au niveau des suspensions, on  trouve des combinés trois voies réglables.

A l’arrivée, l’Impreza STi Spec prodrive Gr.N est pas forcément la plus spectaculaire, mais face au chrono, elle fait du mal. ‘Fin faut t’il encore oser aller la chercher car comme me l’expliquait Lionel par rapport à sa Lancer Evo X, le potentiel de ces engins est tellement poussé qu’il ne faut pas avoir peur de les violenter si on veut être rapide. Jean-Louis, copiloté par Patrick Isnard l’ont démontré au récent rallye de Haute Provence où, malgré des problèmes de freins, ils ont terminé à la 3ème place de leur classe.

© DLEDMV