Sélectionner une page

Depuis l’arrivée du carbone, les carrosseries n’hésitent plus à s’afficher. Mais ce n’est pas une nouveauté. Dans les 80’s, la Delorean exposait son inox à tout le monde. Et bien avant elle, elles le faisaient en bois… suite logique aux ancêtres, charrettes et autres diligences. Chez Ford, des années 20 à la fin des 50’s, on en a même fait une spécialité. Et ce n’est pas le DeLuxe Station Wagon Woodie qui débarque qui dira le contraire…

Ben oui, parce que déjà, une voiture ça ne parle pas ! Puis parce que l’engin a une gueule qui donne juste envie d’enfiler un maillot et de foncer à la plage. Une Ford DeLuxe Station Wagon qui sent le sable chaud, le monoï, les Beach Boys… et l’essence puisqu’en bonne américaine, elle embarque le V8 syndical !

Dans le milieu de l’automobile, le bois n’est pas une exception. C’est d’ailleurs en partie grâce à lui qu’elle a vu le jour au 19ème siècle. Les technologies et l’association à l’acier ont simplement fait évoluer et chez Ford, on s’est dit que son utilisation pourrait donner du cachet aux wagons reposants sur des châssis avec carrosserie avant en acier, si ce n’est qu’une fois passées les ailes avant, les carrossiers laissaient leur place à des ébénistes ! Les woodies voyaient le jour et permettait de proposer une finition haut de gamme pour des voitures qui se voulaient populaires, comme cette Ford DeLuxe Station Wagon.

Alors chez Ford, la DeLuxe, ça va être plus qu’un modèle, ça va être l’occasion de proposer une marque dans la marque. Oui, avant que DeLuxe ne se contente d’être une finition à partir de 41 (et un burger chez McDo), à Détroit, on on s’est dit que pour combler le trou entre les populaires Ford et les luxueuses Lincoln, il fallait une nouvelle marque. Alors on a fait Ford DeLuxe… simple !

C’est donc l’une d’elle qui a décidé de poser ses roues sur DLEDMV. Un Station Wagon de 1939, qui plus est un Woodie. Oui, d’où tout ce baratin que vous vous êtes coltiné depuis le début. Mais bon, fallait bien faire les présentations. Sauf que l’engin a été entièrement restauré et en y étant, on a profité pour lui coller quelques bricoles. Un genre de custom soft…

En tout cas, au niveau du look, y’a de quoi se casser les chicots. Robe Dark Jade Metallic et nouveaux panneaux bois réalisés par les spécialistes de la disciplines californiens, les Warrior Wagons. Le longboard personnalisé signé Miles Yater de Santa Barbara fait partie du package.

Sous la caisse, le châssis est maintenant signé TCI avec roues indépendantes, suspensions à combinés, freins à disques assistés et direction à crémaillère avec assistance électrique. Il est ensuite et posé sur des jantes Wheelsmith en 15″, peintes en noir et équipées de leurs enjo’ chromés. Des boudins Coker Classic en 185/70 et 235/75 se chargent de négocier avec le bitume.

Sous le capot, vous n’serez pas étonné si je vous dit qu’un V8 s’y est glissé. Sauf qu’à la place du gazier anémique d’origine, on retrouve un LT1 de 350 ci (5,7 l ) refait, équipé d’une admission avec pipe alu, carbu quadruple corps et filtre à air Edelbrock, d’une ligne sur mesure, d’un radiateur alu avec ventilo électrique, de culasses avec arbres à cames Comp Cams, de courroies renforcées… bref, tout c’qu’il lui faut pour envoyer un peu plus de 400 ch et 500 Nm aux roues arrière via une boitoto Turbo 400.

Tout ça, confortablement lové dans des sièges en cuir biton, avec moquette épaisse verte au sol et du bois sur tout le reste. Les compteurs, le volant, les pédales, le levier de vitesse, tout vous plonge dans l’ambiance old school de l’engin. Et cette finition bois a de quoi rendre jaloux un chalet suisse ! Il y en a de partout… jusqu’au plafond qui se la joue dancefloor. En tout cas, ça colle bien avec l’esprit de la bagnole.

A l’arrivée une seule conclusion s’impose… nul doute que ce Ford DeLuxe Station Wagon Woodie, entre son look et son V8 débridé, ça c’est sûr, il envoie du bois… voilà.

© KARPARK via BaT