Sélectionner une page

Voilà, on y est… aucune n’y échappera. La mode du restomod n’en épargnera aucune. Pas même celle qui depuis 1984 s’est avérée être l’une des références de la famille des GTi, j’ai nommé la Peugeot 205. Oui, même notre petite frenchy a eu droit à sa mise à jour. Si ce n’est que l’auteur du méfait n’est autre que Tolman Engineering. Vous n’connaissez pas ? J’vais vous faire les présentations…

Chris Tolman a fondé son entreprise en 2007. Si vous n’aviez jamais entendu parler de lui avant d’attaquer cet article, sachez que de l’autre côté de la Manche, il fait partie de ces sorciers éminemment réputés dans sa spécialité. Faut dire que le bonhomme, avant de se lancer à son compte, il a surtout passé plus de 12 ans chez deux « petits » préparateurs à manger du BTCC et du WRC… Prodrive et Ralliart. ‘Scusez du peu !

Sauf que quand tu bosses pour ce genre de boite, tu sacrifies ta vie. Entre le développement des voitures, les essais, la saison et le développement de la voiture qui va venir la saison suivante, autant dire qu’au bout d’un moment, tu ne cherches plus qu’une chose, te poser. C’est en tout cas ce qui a poussé Chris à stopper sa carrière internationale et ouvrir son propre garage. ‘Fin rassurez vous, c’n’est pas pour autant que notre homme a perdu son talent… il a juste gagné le temps de le mettre à contribution.

Du coup, chez Tolman Engineering, il y a trois spécialités. D’abord, comme son nom l’indique, l’ingénierie, comprenez par là que Chris met à contribution ses compétences et sont expérience pour aider à imaginer, concevoir, développer n’importe quel châssis. Puis on ne perd les bonnes habitudes puisque Tolman s’est chargé du programme GT5 puis GT3 de la marque Ginetta. A partir de 2017, elle a lancé un programme Pro-Am en GT3 aux côtés de McLaren jusqu’à ce que la pandémie vienne stopper cette collaboration. Enfin, malgré les apparences, Tolman s’est surtout spécialisé dans la restauration et la préparation de voitures et de motos historiques. De la Lotus Elite, à la Escort RS Cosworth, en passant par des monoplaces, sport proto, sportives classiques… rien ne l’arrête.

Pas même un projet restomod… Si Chris Tolman est devenu la référence de la Talbot Sunbeam Lotus, en 2018, il s’est lancé un nouveau défi sur la référence des sportives tricolores des 80’s, la Peugeot 205 GTi. Et là encore, Chris, il n’a pas fait les choses à moitié. Enfin si, puisque de l’extérieur vous ne devinerez jamais ce qu’il s’est passé à l’intérieur.

Sa première victime, une 205 GTi 1.6 l vert Sorento. Une voiture qui l’avait marqué plusieurs années auparavant. Mis à part qu’entre temps, Chris veut revoir la copie et en faire une sorte de vitrine du savoir faire de la maison Tolman. Le bloc va être revu avec une nouvelle gestion, un culasse équipée d’un nouvel arbre à cames et soupapes, d’une ligne sur mesure en inox, d’une nouvelle admission… de quoi faire passer le gazier à 130 ch mais surtout, il est maintenant équipé d’un mode sport qui permet d’optimiser le temps de réponse de l’accélérateur et de libérer la ligne. Le châssis est lui aussi revu. Posé sur du Bilstein, avec une direction plus affutée et assistée, un freinage de 306 S16. Dans l’habitacle, c’est cuir, vitres élec, et volant d’origine mais habillé d’un cerceau en peau retournée. Avec seulement 875 kg, la petite bombe de Sochaux joue les véner en shootant le 0 à 100 en 7,5 secondes, mieux qu’une GTi 1.9 l… même s’il faut débourser presque 52000 € pour s’offrir une 205 GTi 1.6 Tolman.

Mais justement, chez Tolman on a aussi pensé aux proprios de 1.9 l frustrés de s’être faits poutrés par une 1.6 l. Sauf que là, ça devient vraiment violent. La culasse passe en 16s, la gestion est signée Motec et là encore, elle reçoit l’accélérateur fly by wire. L’admission devient goulue, et certains conduits sont polis avant qu’une ligne inox vient libérer le gazier qui affiche maintenant 203 ch. L’embrayage a été renforcé et pour les plus exigeants, un différentiel Quaife est proposé en option. Le châssis reçoit le même traitement que sa petite soeur avec une suspension Bilstein, une barre antiroulis arrière sur mesure, une direction recalibrée et assistée, mais aussi un freinage copieux de chez AP Racing. Dans l’habitacle, un écran tactile est proposé là aussi en option.

Avec un 0 à 100 annoncé en 6,5, la 205 1.9 GTi Tolman n’a rien à envier à une sportive moderne. Au contraire, elle garde pour elle son charme intemporel associé à son aura aujourd’hui entré dans le Hall of fame des sportives. Ne reste plus qu’à débourser un peu plus de 65000 € pour pouvoir s’en offrir une… ce qui reste plutôt cohérent et correct, comparé aux prix de ventes affichés par certains spéculateurs abonnés à Youngtimers ! En tout cas pour ou contre ? Nous, on kiffe !

© Tolman Engineering et signatures éventuelles