Renault 5 GT Turbo… Sans compromis !


Advertisements

Une F2000 sur De l’essence dans mes veines. Non rien à voir avec une quelconque formule monoplace ! Nous sommes ici en rallye, catégorie la plus libre, avec une cylindrée maxi de 2.0 l, pas de 4 roues motrices et des modifs plutôt ouvertes. C’est un peu l’ex GrA et GrN. Tout ça ça tombe bien parce que la GT Turbo qui arrive, appartient à Sylvain. Et le rallye, il en a fait sa spécialité !

Nous sommes en rallye, inutile donc de vous préciser qu’on est pas là pour jouer le Top 5 des King du parking ! Tout est fait dans un seul but, la perf et l’efficacité. S’adapter aux caprices du temps et de la route, avec le chrono en ligne de mire !

D’abord on prépare la caisse en la soudant, sans forcément la déblaxonner. On renforce avec un arceau, un vrai, un Devil qui équipait une coupe, comme à l’époque. Le truc qui pèse 36 kg mais qui rend la voiture aussi rigide qu’une barre de fer !


Sylvain a conservé le tableau de bord d’origine pour l’instant avant de pouvoir le passer sur une version allégée. Il reçoit les manos nécessaire pour veiller à la bonne santé du Cléon. Volant tulipé et baquets Sparco complètent le tableau.

Niveau caisse, Sylvain est passé sur du polyester, du pare-choc F2000 à l’avant jusqu’à celui de l’arrière en passant par le hayon, les ailes avant, le capot, les portes, les extensions d’ailes et les bas de caisse. Histoire de finir le régime sec, il passe tout le vitrage en Makrolon F2000… l’ensemble passe sous la barre des 750 kg sur la balance !

En rallye, faut que ça tienne et même bien ! Du coup, le level est du niveau… z’êtes prêts ? Alors on y va ! Le train avant est « home made » à partir de triangles de Megane 2.0 l pour obtenir plus de chasse. Ils sont renforcés et montés sur rotules. La barre antiroulis en 25mm vient d’un Scenic 2.0 l. Elle est juste coupée aux extrémités et reliées aux triangle via des rotules. Les cardans proviennent d’une Clio Williams et les fusées d’une Clio 16s.

Le freinage avant est composé de disques Brembo Max de Clio RS accompagnés d’étriers de la même marque empruntés à un Coupé Peugeot 406. Les plaquettes sont signées Carbone Lorraine. Je reprends mon souffle et on replonge avec les combinés Bilstein GrN avec réglage du carrossage. La direction est une association de crémaillère de Clio Williams avec direction assistée de Clio 1.9 D. Ca, c’est pour l’avant !

Parce que l’arrière est lui stock… enfin non, juste découpé pour recevoir des Dacia avec des cales qui accentuent le carrossage de 1° ! Hé, pointilleux quand même le Sylvain ! Les disques rainurés percés viennent de chez OMP et sont mordus par des plaquettes Carbone Lorraine. Les amortisseurs sont des Bilstein.

Enfin, chaque aile reçoit sa roue en 15′ en provenance d’une Clio Cup. Elle sont chaussées de slicks Yokohama.

L’habitacle, la caisse, le châssis… reste le principal, le coeur de la meule… le moteur ! Bien entendu, pas de swap ici, le bon vieux Cléon fonte est de la partie. Il garde sa cylindrée d’origine, ses 1400cm3. La culasse reçoit des arbres à cames GrN, avec des conduits alignés. Le carbu est modifié par Sylvain avec des gicleurs repercés au 100ème. Le boitier d’allumage vient d’un R11 GrA. L’admission est cachée derrière le phare avant gauche remplacé par une grille. L’air est ensuite expulsée par un collecteur inox 4 en 1 complété par une ligne latérale FBI Motors. Gros radiateur d’eau tout alu, radiateur d’huile de R5 Alpine Turbo, échangeur gros volume avec son injection d’eau en cas de surchauffe, et durites full silicone. L’escargot d’origine a laissé sa place à un Garrett GT25RS qui faisait le bonheur d’une Nissan 200SX.


A 1 Bar, la pompe à feu développe 182 ch transmis aux roues avant via une boite de R11 Turbo accompagnée d’un différentiel Quaife… et c’est tout !

Si vous avez tenu jusqu’au bout, sachez que l’engin est démoniaque. En même temps, en rallye, il n’y a pas vraiment de place pour le compromis puisque le but est d’aller plus vite que les autres. Mais quand on voit la masse de taff, et le level obtenu… on se dit que Sylvain pourrait se lancer dans le custom sans aucune difficulté !

Sylvain, accro aux spéciales, est ici pour nous donner notre dose d’essence quotidienne, et il n’est pas seul. Derrière son oeil bionique, ou du moins, numérique, Valentin Ribette qui nous a capturé cette GT Turbo avec un talent rare ! Je vous invite à le suivre sur sa page… vous allez en prendre plein les yeux.

© V.Ribette Photographie pour De l’essence dans mes veines.

Advertisements

Laisser un commentaire