Genève 2K17 – Alpine A110 new age… Avec un détail qui fâche ?! 30



Ca y est, elle arrive enfin, la nouvelle Alpine A110 va de nouveau fouler l’asphalte à partir de la fin de cette année. Compacte, légère, puissante, la marque n’a pas pris de risque en réinterprétant le dessin de son illustre ainée… et ce n’est pas plus mal ! Par contre, lors de sa présentation à Genève, quelques détails nous montrent que les choses ont bien changé en plus de 50 ans !

Une nouvelle voiture, surtout lorsqu’il s’agit de la renaissance d’une marque comme Alpine, c’est d’abord un dessin, un héritage, l’ADN d’une légende qu’on ressort du passé… puisque pour la plupart des fidèles de la marque, Alpine, c’est avant tout l’A110.


Un concept simpliste… A la base, un châssis vivant, sans oublier d’être efficace, mais qui nécessite du talent pour être exploité à fond. Ca se mérite une Alpine ! Même si on peut imaginer qu’en 2017, l’électronique va probablement veiller aux grains !

Un poids contenu, adepte du célèbre adage « Light is right », ainsi qu’un moteur avec du caractère, qui aime prendre des tours. Le but n’est pas d’en faire un missile, mais de trouver une alchimie parfaite entre la puissance et le châssis pour en faire une machine à sensations qui procure du plaisir de conduite sur chaque départementale un tant soit peu sinueuse !

Alors, passer de 1962 à 2017, comment ça a évolué tout ça ? Hé bien la puissance est là avec un 4 cylindres 1.8 l turbo de 252 ch et 320 Nm de couple… voilà qui s’annonce pas mal puisque le poids, lui aussi, reste contenu grâce à la structure alu. 1080 kg sur la balance, avec les normes qui sont passées par là, plus les équipements qui s’avèrent indispensables pour que ça se vende… Si, vous savez, la sono, le GPS, le Bluetooth, l’écran tactile… que voulez vous, ça n’a rien à faire dans ce genre de caisse, mais si ça n’y est pas, ça se vend pas ! Finalement, pour les purs, le seul défaut de ces équipement, c’est surtout le poids… Dire que sans ça, l’A110 aurait peut être pu passer sous la tonne…

Enfin, niveau comportement, c’est pareil, moteur central arrière, poids limité, plus la qualité des ingénieurs de chez Renault en terme de liaisons au sol, voilà qui promet du bon ! Le 0 à 100 est annoncé en 4,5 secondes, la répartition des masses à 44/56 vers l’arrière, gage de vivacité et d’agilité, sauf que…

Pourquoi ne pas avoir poussé le concept au bout du bout ? Déjà 3 modes de conduite sont proposés, « Normal », « Sport » et « Track »… voilà qui justifie une électronique soit disant salvatrice mais tellement artificielle ! Ha oui la boite, de la 7 vitesses à double embrayage avec palettes au volant… C’est moderne, tendance, aussi rapide qu’une Kalach’ mais Porsche vient de montrer et confirmer qu’une bonne boite manu, y’a que ça de vrai ! Alors les palettes, pourquoi pas, mais la manuelle en option pour les vieux cons comme moi non ?! Sans oublier l’échappement actif… Parce que sinon, ça chante comme Mylène Farmer !

En tout cas, au tableau, on peut compter sur ce qui justifie une sportive vendue à presque 60.000 € en 2017, baquets cuir, carbone et alu de chez Sabelt, jantes en 18′ signée Otto Fuchs, freinage Brembo full alu, plaque numérotée, système audio Focal… L’A110 de 2017 ne sera jamais l’A110 de 62, mais cela ne doit pas l’empêcher de pouvoir distiller des sensations.

Enfin le détail qui tue, c’est la finition de la voiture exposée actuellement à Genève… avec une colonne de direction qui enflamme déjà la toile de par sa jonction pour le moins aléatoire !


Un détail qui montre bien le paradoxe actuel. Alors effectivement, on peut se demander l’intérêt de blinder ce genre de caisse de tous ces équipements, clim, sono, écran tactile, GPS…? Mais bon, que voulez vous, nous sommes en 2017, plus en 62. Par contre, se poser des questions sur une finition limitée, qui plus est, sur un modèle de pré-série… on oublie un peu les fondamentaux de ce genre de caisse non ? Du sport, plus de sport et encore du sport… perso, la finition signée Audi on s’en tamponnera à partir du moment où l’Alpine A110 nous excitera le système pileux… et qu’elle sera capable d’aller chercher la référence actuelle, le Porsche Cayman. Le cas échéant, elle ne restera qu’un coup marketing… mais finalement c’est ce que veux notre société actuelle non ? Donc il y a de fortes chances pour que, même si elle passe à côté de son passé, elle se vende puisqu’Alpine a déjà presque écoulé les 1955 modèles prévus, en dehors de quelques versions à conduite à droite encore disponibles. Wait & see… même si une chose est sûre, ça fait du bien de voir revenir Alpine et par la même occasion, une vraie sportive dans le paysage automobilistique français. 

© Renault


Advertisements

Laisser un commentaire

30 commentaires sur “Genève 2K17 – Alpine A110 new age… Avec un détail qui fâche ?!