Ruf SCR 4.2 – Le passé, c’est maintenant ! 2



Au sein des préparateurs Porsche, Ruf a une place à part. Déjà, c’est l’un des plus vieux et des plus expérimentés. Ensuite, le préparateur a sorti des engins qui ont marqué les esprits, de par leur bestialité et leurs performances. Enfin, c’est le seul qui a réussi à traverser les époques sans tomber dans l’oubli… parce que chez Ruf, les tendances, on ne les subit pas, on les lance ! 

Le 1er garage à porter le nom de Ruf a vu le jour en 1939. A l’époque, Ruf sénior se charge de réparer des voitures. C’est son fils Alois qui va le faire basculer vers les sportives de Zuffenhausen au début des 60’s. La consécration viendra dans la 2nde moitié des 70’s quand Ruf se lance dans la mise au point d’une boite 5 pour la 911 Turbo avant de proposer sa propre création sur base 911 SC rapidement d’un missile qui va défrayer la chronique, la Ruf BTR. Et c’est en 81 que Ruf devient officiellement constructeur auto, et obtient même la bénédiction de Porsche.


C’est en 87 que le monstre fait enfin son entrée… la célèbre Yellow Bird, une 930 Turbo revue et corrigée pour afficher 469 ch, offrir des performances de missile et pointer à plus de 340 sur l’autobahn. La marque entre dans la postérité et depuis, Ruf ne s’est jamais arrêté de proposer sa vision améliorée des Porsche, tout en sachant anticiper sur les modes et les demandes. A l’image d’Alpina pour BMW ou d’AMG pour Mercos, Ruf a su s’imposer et devenir un acteur incontournable de la préparation signée Porsche, et ses modèles sont toujours aussi désirables, même 50 ans après.

 

Surtout que l’année dernière, Ruf a profité du salon de Genève pour envoyer du lourd et proposer plusieurs modèles qui allaient venir compléter son catalogue. Notamment des versions limitées qui reprennent les codes de ses anciennes gloires aujourd’hui devenues mythiques, mais sur des bases bien actuelles.

C’est donc le cas de cette Ruf SCR 4.2 “Blood Orange” qui s’inspire du modèle SCR 3.2 de 1978. La version moderne bénéficie d’un châssis de 993 avec des liaisons plus modernes et un empattement rallongé de 70mm. Le moteur est issu d’une 997 GT3, passé à 4.2l, libéré, il est revu de fond en comble pour aller chercher ses 525 ch à 8500 trs. 

Un monstre qui affiche un 0 à 100 en moins de 4 et une vitesse de pointe de 322 km/h. La ferveur de Ruf ne s’est pas estompée avec le temps, bien au contraire, le fabricant – préparateur n’a pas fini de proposer ce qui représente sa vision de la perfection de conduite… rien que ça !


Enjoy…

© Tobias Kindermann – Ruf & signatures éventuelles


Advertisements

Laisser un commentaire

2 commentaires sur “Ruf SCR 4.2 – Le passé, c’est maintenant !