La Golf 1 SC de Loïc… Sleeper dehors et slipeur dedans ! 14



Une ligne classique, propre, sobre, juste posée, qui n’annonce rien de bien excitant au 1er coup d’oeil… limite le bon mazout tout juste droppé pour sortir du lot. M’enfin, la Golf de Loïc, pour sortir du lot, elle sort le gros lot même ! Puisque sa Golf SC cache des entrailles de GTi 16s, mais gavées au carbus !

Perso, j’adore ! Le look sleeper par excellence. La compacte à bout de souffle, 5 portes, avec ses gentilles tôles aux 4 coins… On hésite à se resservir en feignant qu’on a plus faim… et pourtant, une fois que vous y aurez goutté, votre seul souhait sera d’en reprendre à volonté.

Vous aurez compris que son truc à elle, Loïc l’a caché sous le capot. Mais avant d’y arriver, quelques petits mots sur cette rare Golf. Il s’agit d’une série limitée SC, commercialisée en octobre 1980, elle comportait quelques bricole esthétique pour la différencier du reste de la game (Oui, en même temps, c’est le but d’une série limitée !). L’extérieur recevait quelques touche orange. Une bande latérale, un logo SC sur le hayon, le logo VW et le tour de calandre recevaient donc une bonne dose de vitamine C ! A l’intérieur, les sièges étaient recouverts de tissu écossais noir et blanc et le pommeau empruntait la balle de golf de la GTi.


 

Le reste, c’était une petite liste d’équipements habituellement en option… Bouchon de réservoir à clé, l’essuie -glace arrière, rétro côté conducteur réglable de l’intérieur, appuis tête avant réglables en hauteur… voilà, le genre d’option qui font sourire presque 20 ans plus tard !

Sous le capot, notre brave SC faisait parler la poudre avec un vaillant 1.1 l de 50 ch… Mais tout ça, c’était avant que Loïc décide de se pencher sur la mamie pour lui coller un pétard dans le bide ! 

Alors je vous vois déjà venir, une rare SC… oser la toucher, la modifier, et patati et patata ! Je doute de la quelconque valeur en collection qu’aurait pu un jour prendre cette brave Golf… La rareté ne faisant pas forcément la valeur, surtout avec une guimauve sous le capot ! La fameuse théorie de la Fuego 1.4 l

Quoiqu’il en soit, Loïc, lui, il ne s’est pas posé toutes ces questions existentielles, puisque finalement, c’est sa caisse, il a sué pour se la payer, ainsi, il en fait ce qu’il veut ! Et vous savez quoi ? Il a entièrement raison…!

Il conserve pour seuls signes distinctifs de série limitée, le logo SC orange du hayon et bien sûr, ceux de l’habitacle. Pour le reste, c’est sobre, robe grise, calandre full noir et jantes tôle en 14′ élargies… les pros auront reconnu les fameuses étoiles d’origine Opel, repeintes en noir pour l’occasion.

Derrière, on trouve un freinage de GTi avec flexibles avia. Chaque aile reçoit son combiné fileté histoire d’asseoir un peu plus le Best Seller allemand. Esthétiquement c’est nickel, sans dénaturer et suffisamment perso pour ne pas la confondre avec une autre.


 

Enfin, la différence, elle est validée, confirmée et surtout entendue et approuvée quand vous tournez la clé. Car à ce moment là, vous venez de réveiller un 1.8 l 16s qui faisait auparavant le bonheur d’une Golf 2 16s. Mis à part qu’en plus du swap, Loïc a eu la bonne idée de virer l’injection Bosch pour une rampe de Weber 45 ! Ajoutez à cela une boite de G1 GTi, un volant moteur allégé et une ligne Groupe A et j’imagine le caractère de ce bout de moins d’1 tonne ! Aucune idée du nombre de canassons qui sont venus se greffer aux 139 d’origine, mais les Weber et la culasse 16S, ça doit donner une hargne dans les tours…!

Sleeper dehors, mais “slipeur” dedans (Oui, on va se le valider pour appeler ce genre d’engin qui font des tâches au fond du slip !), l’engin de Loïc a tout du déplaçoir De l’essence dans mes veines approved !

© De l’essence dans mes veines