Fiat Ritmo Abarth 130 TC – Le retour du scorpion ! 7



Au milieu des 70’s, une nouvelle race de sportive débarque sur la planète auto, le GTI. VW lance les hostilités avec sa Golf en juillet 75. Puis l’année suivante, Renault lui emboite le pas avec sa 5 Alpine. De suite après, quasiment tous les constructeurs vont s’exciter, il leur faut une GTI dans la gamme… Et en 81, c’est à Fiat d’entrer dans la danse avec sa Ritmo Abarth TC. Et c’est la que Sébastien intervient !

Et il a bien raison ! Quand la plupart des chasseurs de GTI, atteints de “youngtimerite aiguë”, se battent sur la moindre épave de Golf ou 205 GTI, Sebastien a préféré jeter son dévolu sur un engin plus rare, mais au caractère bien trempé, une Fiat Ritmo Abarth 130 TC… Tout un symbole.


 La Ritmo marque l’histoire de Turin. C’est la 1ère traction avant du constructeur et apparaît sur le marché en 1978 pour venir remplacer la Fiat 128. 3 ans plus tard, la 105 TC rejoint la gamme, et fait rentrer la Ritmo dans la famille GTI. Mais, la voiture semble avoir été développé à la hâte, et son moteur semble un peu juste pour aller taquiner les reines de la catégorie. Catégorie qui s’étoffe jour après jour, Escort RS1600i, XR3, 104 ZS2, Visa Chrono, Talbot Sunbeam Lotus, Alfasud Ti… pour n’en citer que quelques unes. Les perfs de la 105 (Qui n’est pas encore Abarth) sont honorables, correctes, mais les amateurs en veulent plus.

En 81, Fiat qui a laissé ses ambitions de compétition à Lancia, décide cependant de ressortir le scorpion du placard. Et c’est la Ritmo qui va en bénéficier. D’abord Abarth 125 TC jusqu’à fin 82. C’est alors que la Ritmo est restylée, reçoit une calandre 4 phares, et l’Abarth devient 130 TC. On y arrive…

Sous le capot, le 2.0 l 8 soupapes double arbres, reçoit un 2ème double corps et un allumage Marelli pour gagner 5 ch. En parallèle, la Ritmo perd 30 kg. Le 0 à 100 est signé en 8 secondes et le 1000m s’approche des 29 secondes. 

Ça c’est d’origine. Celle de Sébastien a reçu une p’tite cure de pompelup… Oui, vous vous en doutiez ! Elle est sortie d’usine en 84. Son 4 cylindres était gavé par 2 Solex, désormais remplacés par 2 Webber 40 DCOE avec des cornets Venturi passés en 36 au lieu de 32. Quelques bricoles plus tard, il affiche un caractère digne d’une vraie italienne…

Niveau châssis, Sébastien n’y est pas allé de main morte. Tout est “home made” ! A l’avant, il modifie et adapte des combinés filetés de Punto. L’arrière perd les lames pendant que les amortos d’origine deviennent filetés et adoptent des ressorts. L’habitacle est toujours en cours de resto, il reçoit pour l’heure un jeu de baquets Recaro d’origine Porsche 911, qui attendent de passer chez le sellier. 

Enfin, niveau esthétique, tout a été refait par Seb et son père, tôlerie, peinture, la Fiat est belle comme au 1er jour. On reste à 95% d’origine, si on fait abstraction des jantes Compomotive en 6 et 7,5×15′ chaussées en 165/45 et 165/50 et des stickers latéraux d”origine Volvo.

Le résultat est superbe, on ne modifie pas l’origine, on le sublime, on l’améliore, on rajoute quelques détails histoire de finir ce qui avait été laissé tel quel. Et ce n’est pas fini… Car pendant que Sebastien profite de son Abarth 130 TC, un autre 4 cylindres 2.0 l est en train de subir une prépa un peu plus copieuse à grand renfort de pistons bombés pour augmenter le taux de compression, des arbres à cames Alquati et 2 Weber 45.


Une belle histoire que celle de Sébastien et de son Abarth. Une base originale, pleine de charme et de caractère. Une passion nécessaire pour oser s’attaquer à une Fiat des 80’s, avec tous ces clichés tenaces qui leur collent à la tôle ! Pas de doute Sebastien, tu as bien de l’essence dans tes veines… et tu me fais signe quand ta Ritmo passe en finale !

© Sebastien Eben



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires sur “Fiat Ritmo Abarth 130 TC – Le retour du scorpion !