Il y a 1 mois, je vous faisais un p’tit flash back vers le coupé BMW Z3M. Engin complètement décalé et… inutile, mais qui paradoxalement déborde de pompelup ! Un véritable jouet pour grands garçons égoïstes. Aujourd’hui, c’est la version 2018 qui débarque…

BMW Z3 M version 2018... 13

Avant que les talibans BMW se déchainent, avouez que le Z3 M est quand même tout sauf d’une utilité 1ère… 2 places, un coffre qui semble immense mais finalement  pas plus pratique que celui d’une Twingo après un choc arrière ! Bref, c’est un roadster avec un toit et une gueule de tueur… Cela n’enlève en rien de son côté jubilatoire en terme de plaisir à son volant.


BMW Z3 M version 2018... 14

Si vous ne l’aviez pas remarqué, BMW vient de mettre son remplaçant, le Z4, à la retraite. Hé oui, on attend désormais celui qui va venir prendre le relais, sachant qu’il devrait se faire en commun avec Toyota. Et du coup, cela a donné des idées à Esa Mustonen, un designer finlandais qui s’est « amusé » à imaginer le Z3 M coupé en lui rajoutant une p’tite louche de tendance « i », devenue le gage de la vision futuriste made in BMW.

BMW Z3 M version 2018... 15

Face avant qui reprend les codes de la gamme actuelle, profil élancé qui repose sur un long capot et un habitacle confiné style shooting break, ailes signées, portes à faux réduits à leur minimum et des roues jetées aux 4 coins. Bien sur, le galbe des hanches est directement inspiré de la Z3. C’est séduisant, musclé… mais ça ne verra jamais la route puisqu’il serait plus que curieux que BMW se base sur un designer indépendant, surtout que les mulets du futur Z5 qui devrait apparaitre officiellement l’année prochaine, liment déjà l’asphalte pour des tests divers et variés.

BMW Z3 M version 2018... 16

BMW Z3 M version 2018... 17

Mais encore une fois, on se dit qu’un bon designer indépendant, passionné, qui s’intéresse à l’histoire d’une marque peut être bien plus efficace qu’une équipe interne ne cherchant qu’à pérenniser un dessin et un style commun.

BMW Z3 M version 2018... 18

© Esa Mustonen