Importation, homologation & immatriculation – Simple formalité ou sombre difficulté ? 8



Vous êtes chauds, vous êtes beaux et vous vous apprêtez à rouler différent en faisant venir ou en allant chercher votre future caisse, qu’elle soit sportive, familiale, classic… à l’étranger. Oui, le paluchage des prix en France et cette spéculation ambiante aura fini par avoir raison de vos finances et vous avez bien eu raison de franchir le pas… et nos frontières ! Reste maintenant plus qu’à pouvoir rouler en homologuant et immatriculant la voiture !

Quand on décide d’aller voir ce qui se passe au delà de nos frontières, on a déjà plusieurs choix qui s’offrent à nous. Soit on se la joue mercenaire en mode solo en s’occupant de tout de A à Z. Soit on passe par un professionnel qui vous trouvera la voiture, assumera ses responsabilités (Enfin, normalement) et vous déchargera alors de toutes les démarches, achat, import, homologation et immatriculation. Dans cette situation, la difficulté consiste surtout à trouver le bon professionnel, sérieux, rapide et efficace. A la rigueur, un courtier peut aussi s’occuper de tout, mais il ne se chargera que de ce que vous lui demanderez, sachant que la plupart ont cependant le réseau nécessaire pour mener les démarches à leur terme… Mais c’est à la carte où plus tu lui confies les tâches, et plus tu payes…. Mais bon, parfois, la tranquillité n’a pas de prix !

Comme nous sommes en France, la moindre démarche est digne de l’univers de John Rambo ou d’une épreuve de Fort Boyard ! Sachant qu’en plus de ça, les démarches sont différentes en fonction de la voiture (Si elle est neuve, d’occase ou qu’il s’agit d’une classic de plus de 30 ans) ou du pays de provenance (CEE ou pas), sachant que vous devez aussi vous adapter aux normes des pays de provenance, notamment au niveau de certains où les plaques d’immat’ qui ne peuvent pas passer les frontières et où il vous faudra anticiper pour obtenir des immat’ temporaires afin de revenir par la route, sinon, ce sera plateau obligatoire. Donc prenez quand même bien le temps de vous renseigner avant ou de voir avec le vendeur, afin de vous éviter les mauvaises surprises alors que tout semblait ses passer sans accroc !

Homologation du véhicule en France

Une fois votre belle rapatriée et ses roues posées sur le sol national, commence alors la 1ère étape, celle de l’homologation. En théorie, ça ne semble pas compliqué puisqu’il s’agit juste de démontrer que la voiture répond bien à tous les critères techniques, de sécurité et de pollution… En pratique, c’est relativement simple si la voiture a déjà été vendue et immatriculée en France. L’achat (Oui, c’est payant) du COC (Certificat Of Conformity) auprès du constructeur ou de tout autre organisme agréé suffira à entamer les démarches de demande d’immat’. Par contre, ce sera un peu plus compliqué si le volant n’est pas du bon côté de la route (Les éléments comme les phares, doivent eux être mis aux normes de la conduite à gauche) et ça peut devenir une torture psychologique si c’est une voiture nécessitant une homologation à titre individuel avec présentation à l’UTAC (Structure privée) et à la DREAL régionale (Structure publique).

La DREAL se charge de vous donner le certificat nécessaire à l’obtention de la carte grise. Vous pouvez vous renseigner sur les démarches à suivre pour une demande de carte grise via ce tuto. Pour cela, vous devez leur présenter un dossier complet, tout en prenant compte que justement, si votre véhicule n’a jamais eu de modèle équivalent commercialisé en France, vous devrez être amené à le présenter à l’UTAC. Il devra alors subir toute une batterie de tests et vérifications de conformité nécessaires et demandés, bruit, sécurité, pollution, freinage, vision, antiparasitage… Une fois les tests UTAC validés, vous finalisez votre dossier et vous demandez alors (gentiment et avec le sourire) à la DREAL de bien vouloir vous le valider, s’il vous plait merci… Si cela ne leur convient pas, c’est comme décrocher le pompon sur un manège ! Vous repartez alors pour un tour gratuit… Bien entendu, chaque nouvelle présentation à l’UTAC vous délestera grassement de 1500 €… et si vous devez y retourner, rebelote, en repassant par la case départ, et 1500 € le tour ! Donc autant être sûr avant d’y aller… 

Une fois votre homologation en poche, un petit passage aux impôts pour demander un Quitus TVA. Simple démarche, sauf si vous êtes passé par un pro au passé douteux (D’où l’importance de se renseigner avant !) puisque son palmarès fiscal peut se retourner contre vous. Et sachez le bien, mais pas de Quitus, pas de carte grise… M’enfin, on va dire que tout va bien, et que vous avez chopé votre Quitus aussi facilement qu’une bonne grippe au mois de janvier. 

Obtenir la carte grise du véhicule

Allez, nous sommes pas loin du but, mais ne chantez pas victoire trop tôt… Car il reste l’ultime étape. Celle capable de transformer un moine tibétain en serial killer, de filer la ch’touille à un constipé chronique et de faire perdre patience à toute une tribu de babaous encore fumants ! L’ANTS… Exemple universel de la modernité de notre pays, qui ne reflète en fait que la déchéance administrative nationale et l’esprit rétrograde qui habite nos poussiéreux et moisis décisionnaires politiques, coincés au 19ème siècle et obsédés avant tout par une carrière financièrement dégueulante (vous pensiez qu’ils faisaient de la politique pour changer les choses ? Meuuuh non, c’est juste pour multiplier les zéros sur leur compte en banque et jouer de leur influence !).

Il s’agit donc du site internet censé remplacer les services cartes grises des préfectures… Mais en pire ! Avant, pour faire une carte grise, on en avait pour 1 journée d’attente et de patience. Avec la technologie et la modernité de l’ANTS, c’est minimum 6 mois avec la dépression qui va avec ! 

Tu créées un compte, tu renseignes les informations importantes (c’est limite si on ne te demande pas ta pointure et le prénom de ta maîtresse de CE2 !), plusieurs fois puisqu’il faut bien entendu prendre en compte les bugs et les “désolé mais le site est actuellement en maintenance” mais attention, une fois que tu as validé, impossible de faire machine arrière ! Oui, valider son dossier sur l’ANTS, c’est comme signer de son sang un pacte avec le Diable ! Enfin, si vous avez réussi à réunir tous les éléments nécessaires et demandés (Justificatifs de domicile, Quitus fiscal, COC, demande de CG et contrôle technique), alors, malgré le délai, ça n’est plus qu’une formalité… 

Vous pouvez aussi vous rendre chez un professionnel agréé SIV qui vous fera garder votre calme, s’occupera de votre demande de carte grise et vous délestera au passage de 25 €… minimum !

Voilà grosso modo comment pouvoir rouler sur nos si belles routes au volant d’une caisse importée… Peut être vous ai je découragé… Je vous rassure, ce n’était pas mon objectif. Mais bon, vous connaissez nos articles et notre mauvaise foi persistée, signée et assumée. Mais le meilleur moyen de transformer une difficulté en simple formalité, c’est surement de se rapprocher d’un pro, ou alors d’obtenir l’aide d’un ami qui a déjà franchi les étapes avant vous et bien au fait des changements de procédures entre temps (ils nous en pondent chaque année)… et surtout, comme dirait un albanais dans Taken : “Bon chance” !

© Signatures éventuelles



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

8 commentaires sur “Importation, homologation & immatriculation – Simple formalité ou sombre difficulté ?

    • Mickael Damian

      Bin ils ont amélioré un peu les choses mais disons que tu t’en occupe bien aussi des dossiers en cours.. Avec cedric plus d’un an d’attente alors qu’au final quand il m’avait envoyé les documents fin décembre pour faire la demande de carte grise par procuration depuis mi-juillet les documents étaient prêts mais il s’en était pas occupé quoi.. Gros manque de suivi des trucs en cours quoi..

    • Mickael Damian

      C’est possible.. Ils ont été chiants avec l’histoire de devoir mettre un stickers à l’arrière pour indiquer la place homologuée ça a fait perdre un temps de fou, le temps que Cédric trouve un modèle, le fasse faire par un pro, l’expédie, que je le mette en place et que je fasse des photos pour que cedric leur fasse passer pour valider le truc.. Je sais pas si toi ils te demandent ça mais j’ai bien cru que j’aurais pas l’homologation vu le délai que ça prenait et c’est un peu pour ça que j’ai mis une grosse pression à cedric car l’homologation ça devait être une formalité et au final ça a duré super longtemps comparé à d’autres passés avant ou après moi

  • Jérémy Hessmann

    Je peux témoigner pour l’importation d’une voiture italienne. Il est désormais indispensable de passer par un transporteur agréé, puisque l’administration italienne demande que le véhicule soit déjà à l’étranger pour faire la radiation de la carte grise (beaucoup de fraude pour échapper au paiement de la vignette chez eux, ils prennent leurs précautions avec les fausses radiations).
    Perso je l’ai sortie sur plateau avec ses plaques italiennes, parce qu’on a pu bidouiller avec le vendeur, mais ce n’est théoriquement plus possible. Je lui ai ensuite renvoyé les plaques pour qu’il opère la radiation et m’envoie le certificat de radiation de la carte grise italienne.
    Pour le reste, une centaine d’euros de COC chez Alfa Romeo France, un peu de patience pour la carte grise si votre dossier est géré par une vieille conne aigrie et un tour chez le CT.
    Bref, assez fastidieux et relativement dangereux si vous n’avez pas entièrement confiance envers le vendeur. Les prix du marché italien restent extrêmement intéressants, le coût d’un transporteur l’est beaucoup moins…

    • johnjohn

      C’est surtout qu’il n’est pas possible d’avoir des plaques export avec l’Italie, et ils reconnaissent pas les plaques rouge allemande ni le WW provisoire français.