On dirait pas comme ça, mais finalement, c’est le seul intermédiaire qu’il existe entre la voiture et la route. Ce boudin noir, qu’on torture bien souvent à grand coup de burn, de drift ou d’attaques en mode no limit. Lui, vous l’avez deviné, ce n’est pas le slip de votre voisin ou le repas de Noël que vous avez englouti chez tata Jeannine mais bel et bien le pneu… 

Parlons peu, parlons pneu... 1

Caractéristiques du pneu


Attention j’vais être un peu chiant quelques secondes, mais ce passage est obligatoire ! Le pneu a une forme torique creuse et souple. Il est composé de gomme coulée sur une carcasse en matériaux textiles et métalliques. Il se monte hermétiquement sur une jante, puis est mis sous pression avec de l’air ou de l’azote. Enfin, il peut être développé spécifiquement en fonction du véhicule, de son utilisation, de la surface de contact, de la météo, des performances, du bruit, de la consommation… Ouais, c’est à la carte ! Et toutes les contraintes qu’il va devoir encaisser vont alors influer sur ses dimensions, sa rigidité et le dessin de sa structure. Voilà, tout s’est bien passé !

Savoir choisir ses pneus

Nous ici, c’qui nous intéresse la plupart du temps, ce sont les pneus sportifs, voire même les slick ou du moins, ces semi-slick homologués route (Qui sont en fait interdits depuis le 1er novembre 2018, mais que vous trouverez quand même jusqu’en 2021, pour laisser le temps aux constructeurs d’écouler leurs stocks).

Parlons peu, parlons pneu... 2

Oui, on peut choisir son pneu comme on choisit son slip ! Enfin… l’important ici est juste de savoir sur quel genre de sol le pneu va rouler. À partir de là, plusieurs éléments vont entrer en jeu comme le poids, les contraintes physiques, la puissance, le couple, la motricité, l’architecture de la voiture (Traction, propu, 4RM)… Vous comprenez bien qu’il ne faudra pas le même type de gomme que vous rouliez en Twingo, en Picasso, en X5, en Golf GTi ou en Bugatti Chiron. Chaque voiture a ses caractéristiques et le job d’un manufacturier de pneumatiques est de lui trouver les gommes les mieux adaptées à son utilisation.

Parlons peu, parlons pneu... 3

Et encore, ça ce n’est que le début ! Tu ne gères pas de la même façon les contraintes d’un Land Cruiser sur la neige que celles d’une 911 sous la pluie ou un Zafira sur une route sèche chauffée à 35 ° ! Donc à l’arrivée, on choisit son pneu par rapport à sa voiture et de l’endroit où l’on vit. Donc logiquement, un vrai spécialiste ne doit pas conseiller ses clients de la même façon, qu’ils soient à Brest, à Chambéry ou à Nice !

Parlons peu, parlons pneu... 4

Comment s’y retrouver dans le choix des pneumatiques ?

L’essentiel est donc de s’y retrouver dans cette nébuleuse pneumatique ! D’abord, il faudra connaître le type adéquat : pluie, routier, confort, neige, à flancs renforcés, sport… Ensuite, sachez qu’il faudra trouver un compromis, car y’a pas de secrets, il ne faut pas rêver, les éléments de la nature sont suffisamment complexes pour avoir encore des secrets qu’ils ne sont pas prêts à dévoiler, à tel point que concevoir un pneu aussi efficace dans toutes les situations est juste impossible.

Quoique, les règles universelles sont là aussi valables… la notoriété, l’expérience et le savoir-faire peuvent dans 95 % des cas faire la différence, même s’il reste toujours une part de chance et d’aléatoire qui font que rien n’est jamais maîtrisable à 100 %. Le manufacturier peut donc avoir autant d’importance que le type du pneu… et chacun a ses spécialités. Enfin heureusement, il existe suffisamment de guides pour vous aider à vous y retrouver.

Parlons peu, parlons pneu... 5

La taille du pneu, un critère de choix

Une fois la marque et le type de pneu trouvés, ne reste plus qu’à sélectionner la bonne taille. Et là encore, la méfiance est de mise. Sachez que le constructeur en qui vous avez eu confiance pour rouler au quotidien, a claqué des centaines de milliers d’euros en développement et en homologation pour vous vendre le produit le plus adapté aux caractéristiques de votre voiture et ce, quelles que soient les conditions. Dit comme ça, on a envie d’aller courir nu dans la prairie. Mais en pratique, c’est autre chose, car votre voiture a été homologuée avec sa monte d’origine et souvent 2 ou 3 autres montes maxi. Généralement, elles ont été prévues pour passer en neige et basta.

Parlons peu, parlons pneu... 6

Donc le passage du 15′ au 21′ ou le mode Mexiflush, oubliez ! Même si on sait tous que bon, ça passe ! Au pire, un jeu de jantes d’origine pour le contrôle technique et l’affaire est dans le sac… Quoi qu’il en soit, la taille d’un pneu est plutôt simple à comprendre. Un 255/35 ZR18 se décode facilement :

-> 255 est la largeur du pneu exprimée en millimètres.
-> 35, c’est un coefficient exprimé en pourcentage entre la largeur et la hauteur du pneu.
-> Z c’est l’indice de vitesse. Ça fonctionne d’un point de vue alphabétique : plus vous vous approchez du Z, plus votre pneu est sportif et encaisse une Vmax élevée.
-> R signifie que votre pneu est radial, c’est-à-dire qu’une carcasse de textiles et de fils métalliques renforce sa structure (quasiment le cas de tous les pneus du marché).
-> 18, c’est le diamètre de la roue sur laquelle il se monte, exprimé en pouces.

Parlons peu, parlons pneu... 7

Les autres points importants

Bon, vous savez quel pneu est le mieux adapté à votre voiture et à vos besoins. Vous avez choisi la dimension… il ne vous reste que quelques dernières infos pour devenir incollable.

Déjà le témoin d’usure, chaque pneu en est équipé pour savoir à quel moment il est temps de le changer… Alors ce n’est pas quand tous les dessins ont disparu… mais logiquement quand leur usure arrive au niveau de ce témoin. Pareil, en parlant d’usure, elle doit se faire de manière uniforme, sinon c’est que votre géo est mal réglée, ou que vous êtes adepte du stance… mais là, c’est pas un problème, juste une question de budget !

Parlons peu, parlons pneu... 8

Quel budget pour de bons pneus ?

Justement, en parlant de budget… Plus votre pneu va être performant, plus il sera cher. Plus la marque sera réputée, plus il sera cher. Plus il sera grand, large, de taille basse ou spécialisé, plus il sera cher… Et encore, les nouvelles caisses chaussent haut et large ! Il y a encore quelques années, une sportive faisait confiance à du 14′, voire du 15′. Aujourd’hui, le minimum syndical pour une GTi, c’est le 17′, quand ce n’est pas du 18′ ou du 20′.

Il y a 20 ans, on regardait abasourdi la largeur d’un boudin de F40 ou de Lamborghini Diablo… Aujourd’hui, un X5 M50d chausse du 325/30/21 et une Porsche 911 “de base” du 305/30/19. Sachez aussi que certains fabricants Low Cost ne sont que des sous-traitants ou des manufacturiers qui ont repris la production d’une ancienne gamme de fabricants premium. Souvent, le choix peut offrir un rapport qualité/prix surprenant… Sauf pour certaines grosses sportives dont les pneus sont réellement spécifiques. Dans tous les cas, il existe des spécialistes capables de vous proposer du pneu pas cher.

Parlons peu, parlons pneu... 9

Les petits plus à connaître

Pensez aussi régulièrement à vérifier la pression de vos pneus. Ça joue énormément sur les réactions de votre voiture. Je suis d’ailleurs régulièrement ébahi de voir des bagnoles rouler avec des pneus quasiment à plat, alors que le conducteur n’a même pas l’air de s’en rendre compte au volant… Un écart de pression se ressent avec une sensation de flottement et un manque de tenue en appui. Un flou dans la direction pour l’avant, et un cul qui s’dandine pour l’arrière.

Parlons peu, parlons pneu... 10

Enfin pour terminer, sachez qu’à partir de la fin de l’année, l’utilisation des pneus hiver va devenir obligatoire dans certaines régions montagneuses, comme c’est déjà le cas chez certains de nos voisins, notamment en Allemagne (C’est bon à savoir quand vous faites venir une voiture, et que vous devez vous payer 4 pneus neufs parce qu’elle était chaussée en hiver et que vous habitez Montpellier !).

Parlons peu, parlons pneu... 11

Voilà, un petit tour et puis s’en va. Juste de quoi dégrossir sur cet accessoire qui comme souvent, est devenu tellement indispensable qu’on ne le remarque plus. Fallait bien qu’on en parle un pneu non ?!

Parlons peu, parlons pneu... 12

© Signatures éventuelles


Pin It on Pinterest

Share This