Partage

Y’a quelques temps le boss nous a dit à travers son article sur l’Austin Healey, que nous les “jeunes” on se risquait pas à vous parler de caisses de “vieux”. Bon, eh ben histoire de montrer au boss qu’il se trompe, aujourd’hui on va parler ricaine. Mais ricaine avec un grand C (cherchez pas, j’ai pas compris non plus), comme Cadillac. M’sieurs-dames, v’la la V16 !

Cadillac V16... V16 Putain ! 1

Et pour le coup quand on dit caisses de vieux, on fait caisses de très vieux. Car ceux qui les ont vues rouler au moment où elles sont sorties commencent à avoir quelques heures de vol. Eh ouais les gars, la conception de la Cadillac V16 remonte à 1926. Si vous faîtes un peu travailler votre cerveau, vous verrez vite que c’est un peu ce qui l’a tuée, elle est arrivée sur le marché en 1930… Au début de la crise qui allait mener bon an, mal an, à l’avènement du p’tit moustachu qu’il allait foutre son bordel dans le monde.


Cadillac V16... V16 Putain ! 2

“Bon Tim si t’arrêtais de tourner autour du pot ?” c’est ce que vous vous dites hein ?! Parce que dans le titre y’a marqué V16. Et que comme vous avez de l’essence dans les veines, quand on vous dit V16 ça vous interpelle. Donc oui, cette lignée de Cadillac était motorisée par un V16. Dans les années 30. C’était un peu le temps où on essayait des choses questions motorisations. Et à l’époque, quand on voulait des chevaux, on faisait des GROS moteurs. 7.4 L pour être précis ici. 16 cylindres, 7.4 putains de litres pour 185 cv. Ça peut paraître peu par rapport au monstre, mais dans les 30’s c’était un avion.

Cadillac V16... V16 Putain ! 3

Surtout que quand vous achetiez une Cadillac V16 à l’époque, vous achetiez surtout un châssis et un moulin. Derrière, vous choisissiez quelle carrosserie vous alliez y mettre, sachant que vous aviez le choix entre 54 combinaisons. Ça, c’était le boulot des carrossiers qui donnaient vie à vos rêves. On en connait certains comme Fleetwood, Touring ou encore Chapron. Fleetwood qui d’ailleurs fut racheté par GM par la suite et devint une finition haut de gamme chez Cad’. 

Cadillac V16... V16 Putain ! 4

Vous aviez donc votre V16, votre carrosserie, votre Cadillac et vos 2.4 Tonnes en moyenne à tirer. Ce qui fait que vous pouviez croiser autour des 145 km/h, qui pour l’époque, étaient un exploit. Par contre, n’espérez pas une caisse de course. Malgré son moulin, la Cadillac V16 s’appréciait pour sa souplesse, due à un couple de 431 Nm à 1400 tours et sa boîte 3. On jouait dans la catégorie des Rolls et Bentley de l’époque, avec Bugatti et sa Royale de 300 bourrins qui coiffait la catégorie. 

Cadillac V16... V16 Putain ! 5

Entre 1930 et 1938, un peu plus de 4 000 exemplaires trouvèrent preneur. Et celle qui illustre nos propos ? C’est une Sport Phaeton by Fleetwood. Comprendre un cabriolet 4 portes carrossé par Fleetwood. C’est un des 18 exemplaires survivants sur les 84 produits. Celui-ci à appartenu à pas mal de personnalités du gratin, ex-collection de Chamberlain entre autres. On vous laissera apprécier le boulot sur le dedans et le dehors.

Cadillac V16... V16 Putain ! 6

C’est clair les gars, des caisses comme ça on en fait… Euh… Encore ! Regardez les Mercedes Maybach Vision, les Rolls Dawn, et j’en passe ! Le segment n’est pas mort, il a certes évolué, mais l’idée de caisses ultra-confort est toujours là. On en profite aussi pour vous dire que cet exemplaire est à vendre pour un testicule, un rein et au moins un bras en plus. C’est sûr que c’est moins pratique pour l’apprécier mais comme on dit, ‘faut c’qui faut !

© RM Sotheby’s & Steve Natale


Partage