Il a surement l’une des caisses les plus badass du championnat à l’heure actuelle, tellement que le Drift Kings en a fait la figure de proue de son dernier event. Normal pour un Drakkar me direz-vous ? (Figure de proue… Drakkar… Bateau… Vous l’avez ?) Il est également très bavard ! Disons que si vous trouvez l’article un peu long, sachez que je l’ai déjà réduit de moitié ! Tout le contraire de Keiichi Tsuchiya. Mais finalement j’ai envie de dire tant mieux, parce que tout dans les réponses du viking transpire la passion et l’enthousiasme ! Venez faire connaissance avec Mathieu Bareyt…

#Drifteur :  Mathieu Bareyt et son Drakkar ! 1

  • Présente-toi en quelques lignes (âge, d’où tu viens, dans quoi tu bosses)

Je m’appelle Mathieu, 34 ans. Je vis dans les bouches du Rhône dans un petit village typiquement provençal comme on les aime, entouré de verdure et de jolies petites routes… hihi.. Je bosse dans le bâtiment depuis plusieurs années et sur mon temps libre je retourne à mes vieux démons, l’automobile. Plus jeune j’ai fait des études dans le design auto et puis dans la carrosserie, mon rêve était de devenir prototypeur maquettiste et créer des “concept car”… J’ai malheureusement du me reconvertir dans le bâtiment suite à des soucis d’allergie à certains produits. Ce qui ne m’a pas empêché de remettre les mains dans la résine lors de la construction de ma voiture. Le carbone est devenu un passe temps que j’aime beaucoup, et même si le temps libre se fait rare, j’aime travailler ce matériau et construire des plein de choses.


  • Comment t’es venu au drift ?

Je suis venu dans le monde du drift accidentellement… Le mot à son importance et l’anecdote rappelle que la vie nous réserve toujours de belles surprises. C’était il y a environ 10 ans, ma copine m’a offert un baptême de drift au circuit du Sambuc voir un certain Axel François. Les sensations étaient vraiment bonnes, et le pilote super sympa ! J’ai fini par aller proposer mon aide à Axel pour réparer une caisse qu’un stagiaire lui avait explosé. Et et une amitié est née. Il m’à converti, moi qui était plutôt rallye et voitures japonaises, je me suis retrouvé avec un 325i E36 à glisser dès que je le pouvais.

#Drifteur :  Mathieu Bareyt et son Drakkar ! 2

  • Présente-nous ta caisse (moteur, châssis, modifs, histoire)

Nous l’avons nommée “Drakkar”. Elle est construite sur une base de E36 touring, nous l’avons entièrement dépouillée pour l’alléger au maximum, poser les éléments de sécurité et nous avons remonté toutes les pièces élément par élément. Le moteur est celui d’origine que nous avons préparé avec Damien, mon sorcier préféré ! Elle développe à peu près 600cv pour 800nm et son gros avantage est son poids. Avec la carrosserie en carbone nous arrivons pratiquement à la tonne, ce qui la rend efficace et maniable. A la base je roulais avec cette voiture, et on m’a suggéré de la préparer pour le drift. On a passé deux ans à monter la voiture. C’est notre bébé finalement. On a fait le pari d’aboutir à quelque chose de fiable, efficace et différent. On est très fier du résultat.

  • Si on te dit « Le drift en 1 mot ? »

J’ai le droit d’en coller plein pour que ça n’en fasse qu’un seul ? Du genre : passionpartageplaisirsensation ? ça marche? Le mot qui dominerait est Partage. Pour avoir fait du rallye et du circuit, c’est la seule discipline qui, même en compétition, garde un esprit de famille et c’est énorme ! De l’entraide entre les pilotes et les teams, le soutien des proches, des fans…  Sur les championnats c’est comme un gros repas de dimanche entre amis. L’état d’esprit des gens est formidable !

  • Qui sont tes sponsors ?

Je tiens à remercier mon banquier pour mon découvert autorisé….. Non en fait, je ne le remercie pas ah ah ! Cette année est notre première saison et on l’à commencée avec une idée fixe, choquer et impressionner, finalement, le plus choqué et impressionné c’est moi, car je ne m’attendais pas à autant de retours positif de la part des gens qui nous suivent. Et c’est important de le souligner car sans eux, on n’intéresse pas vraiment les sponsors. On a quelques partenaires qui nous suivent en nous aidant sur les tarifs, les conseils, parfois en nous offrant des pièces ou des pneus. C’est très appréciable mais une saison de drift revient très cher entre les déplacements, le logement, la comm’, les pièces cassées, les pneus, etc… Et nous nous mettons aujourd’hui activement en recherche de partenaires financiers et matériels pour l’année prochaine, qui sera, je l’espère encore plus riche.

#Drifteur :  Mathieu Bareyt et son Drakkar ! 3

  • Le drift en France dans 10 ans, tu le vois comment ?

J’y crois, ça reste une discipline de spectacle et accessible. En France nous n’avons pas vraiment la culture automobile comparé à d’autres pays, et les sports méca sont vite vus comme une gène plutôt qu’un avantage. Pourtant on pollue beaucoup moins qu’un tour de France…et ça j’en suis persuadé. Les gens aiment le spectacle, la glisse, les crashs et le contact sans avoir besoin de marcher 10 bornes comme en Rallye. Dans 10 ans, j’espère que notre discipline aura toujours la même ligne de conduite et qu’on pourra la partager avec nos spectateurs et nos fans plus facilement qu’à l’heure actuelle.

  • On te donne une Française passée en prop’ pour drifter, tu prends laquelle et tu fais quelles modifs ?

Je prendrais une Alpine. Elle est géniale cette voiture. Et moi qui vient du rallye ça me fait rêver autant que la AE86 pour les fans de drift old school. On était comme des dingues avec les copains quand on voyait ce petit karting bleu. Par contre, désolé pour Renault, mais j’y jette de suite un M50 turbo et je lui colle 600cv sur les roues arrières ! Je la fais full carbone et la, ça devient une arme de guerre !

#Drifteur :  Mathieu Bareyt et son Drakkar ! 4

  • Le pilote le plus cool du plateau ?

Bah c’est moi ! T’en à déjà vu un mec avec un casque à cornes se balader sur la start line ? Non, plus sérieusement, Axel, c’est mon pote, c’est lui qui m’a mis la dedans, et on partage énormément de choses ensemble autour de ce sport. C’est un peu le Dominique Toretto de notre groupe. On a gravité longtemps autour de ses idées débiles et les souvenirs restent inoubliables. Aujourd’hui c’est surtout l’hiver qu’on se retrouve pour des embardées rocambolesques sur la neige ! Mais pour sa mentalité, et son envie de faire avancer ce sport c’est pour moi le plus cool du plateau.

  • Le pilote le plus con du plateau (c’est le moment de balancer !) ?

Logan Postigo, c’est vraiment le plus con, alors il est bien bien con ! Mais qu’est ce qu’on se marre tous les deux ! A côté de ça c’est un mec au top et je crois en lui pour les saisons prochaines !

  • Le pilote qui t’inspires le plus (pas que drift) ?

Le pilote qui m’a le plus inspiré c’est Mr Jean Ragnotti, il nous a bercé les oreilles avec ses passages en travers avec des tractions. J’ai passé ma jeunesse (et encore maintenant d’ailleurs) à regarder des vidéos de rallye et surtout de lui. Je garde en mémoire la Clio, la GT Turbo et la Megane avec lesquelles ils survolait les virages tout en glisse. J’aime ce style de conduite spectaculaire et agressif qui ne laisse pas de doute sur la volonté du mec derrière le volant ! C’est généreux et dans l’idée de partage. Il ne roule pas comme ça que pour lui mais parce que ça fait rêver les gens !

#Drifteur :  Mathieu Bareyt et son Drakkar ! 5

  • Ton anecdote la plus dingue sur un event ?

Celle qui me marque le plus, c’est notre trajet pour aller en Hongrie pour une manche du KOE, on à fait une halte en Autriche chez des amis pour couper notre trajet. En allant chercher à manger on s’est fait alpaguer par des gens du voyage dont on sentait très bien qu’ils voulaient nous taper le camion. On s’est fait un belle course poursuite jusqu’à ce qu’on arrive à les semer mais on a eu chaud aux fesses !

  • Tes projets pour l’avenir ?

Notre programme pour l’année prochaine est simple, on continue le championnat d’Europe avec Drift King mais cette fois ci en Pro1. Du touge avec la slide, et le CFD pour aller chercher un podium et surtout un accès vers le Driftmaster. Quelques courses en plus prévues, mais on attend les calendriers pour organiser nos déplacements. Une manche en Angleterre et en Irlande ça me plairait, une manche d’un Gatebil aussi, Iron Drift peut être… On a plein d’idées et maintenant plein de contacts en Europe et les propositions de rouler à l’étranger ne manquent pas. On veut bouger de toute façon

  • Quel morceau à écouter pendant un run ?

Ça dépend de ma mentalité à l’instant T. En règle générale j’aime bien écouter des vieux sons, des année 80-90. Du bon rock, du bon rap français, des vrais morceaux de rap US, pas la daube qu’on entend maintenant… Si j’ai envie de tout péter je met du JUL, comme ça je me dépêche d’atteindre la finish line pour arrêter le son !

  • Ton spot de drift improbable (où tu es allé ou où tu aimerais aller) ?

Je ne peux pas en parler précisément. On pourrait avoir des problèmes. Mais disons qu’un hiver on à trouvé un spot ou la route était damée à merveille, avec des virages dans tous les sens, au sommet d’un col fermé, personne ne pouvait y aller sauf nous… on a roulé toute la nuit la bas, des souvenirs inoubliables, mais on s’est quand même fait choper le lendemain par la personne qui s’occupait de damer la piste. Après de longues heures de discussion on a évité une grosse amende et un passage chez les gendarmes. En contrepartie, on à aidé à remettre la piste en état. Sinon le spot ou j’aimerai rouler c’est le circuit d’Ebisu. J’y suis allé une fois en spectateur mais y rouler reste un rêve pour le moment.

#Drifteur :  Mathieu Bareyt et son Drakkar ! 6

  • T’as max de thunes pour un projet « No Limit », tu montes quoi ?

Je monte 10 caisses identiques pour que mes potes et moi on les atomise sur un circuit avec des murs en béton partout ! Ça ne durera qu’une journée mais je te raconte pas le délire ! Si j’ai le droit qu’à une seule, je dirais la dernière série 3 en Touring avec un moteur de M4 boosté à mort, une caisse full carbone avec un style agressif pour aller manger James Deane.

  • Atmo ou Turbo ?

Maintenant que j’ai goûté au turbo, je ne pourrais pas revenir en arrière ! Bon un gros atmo qui craque à mort en prenant 11000 trs, c’est pas mal aussi. Mais la claque que tu prends quand le turbo se met à souffler, le bruit que ça fait… c’est juste magique.

  • Keiichi Tsuchiya ou Jean Ragnotti ?

Jean Ragnotti ! Je l’aime bien Keiichi, mais Jeannot il a un style beaucoup plus agressif ! Puis je suis fan.

  • Un message à passer ?

Un petit message à ceux qui ont des rêves et qui se demandent comment les atteindre, faut y croire, à fond, ne jamais lâcher ce rêve, ne pas baisser les bras, si on croit avec conviction à une chose, la vie nous amènera à notre but, et parfois en prenant un chemin tout à fait différent de celui qu’on pensait. Ayez confiance en vous, et croyez en vos rêves, parce que quand on les réalise, des milliers d’autres apparaissent !

  • Un avis sur le meilleur blog du monde ? (en toute modestie)

J’adore votre blog ! Sérieux, à l’époque ou je débutais je lisais tout le temps les articles avec un sourire bêta comme tout bon passionné de voitures et de sports méca. Et après je voyais des pilotes que j’apprécie, des copains et aujourd’hui c’est mon tour ! C’est génial. Un grand merci à vous pour cette opportunité de pouvoir partager un peu plus ma passion avec les lecteurs, et un grand merci à vous de partager nos délires et nos idées. Continuez à nous faire rêver à travers ce sport, cette discipline et en gardant cet état d’esprit ! la passion avant tout, le partage.

#Drifteur :  Mathieu Bareyt et son Drakkar ! 7

© Allan Liebaut Photographie, DC Photographie, Jay Juste un Reflex, Tof Asphalte Photographie