L’histoire qui a réuni cette Citroen Dyane et Georges, son sympathique propriétaire, est véritablement romanesque. Absolument rien ne les destinait à se rencontrer. Et puis il a fallu que le destin s’en mêle pour que notre équipe de choc se retrouve au Monte Carlo historique.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 1

Georges, son père et son grand-père vivent ou ont vécu de la terre. Son grand-père qui était éleveur dans l’Ariège, roulait en 2CV. Mais à l’époque, la voiture n’était qu’un simple déplaçoir à fonction d’utilitaire, idéal pour les gens qui habitaient à la campagne et éventuellement les bonnes soeurs ! Son père, qui a quitté sa région natale, se retrouve maraicher du côté de Salon de Provence. Il connait de bonnes années et pour lui, un bon chef d’entreprise ne roule pas en 2CV mais dans des berlines françaises au statut social bien plus élevé. Ainsi, Georges va user ses fonds de pantalons sur les banquettes de Peugeot 404, 504 ou Citroën CX. La Deuche est limite méprisée, au mieux considérée comme le symbole de la pauvreté de ce monde rural français.


'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 2

A son tour, Georges fait de la terre son métier et développe son entreprise. Après quelques années en rallye, il raccroche le casque pour développer son exploitation agricole mais aussi à l’éducation de ses deux enfants. Une fois son entreprise pérenne et les diplômes en poches (son fils est aujourd’hui ingénieur développement chez DS Techeetah Formula E), il ressort le casque et reprend doucement les rallyes de régularité en ancienne. En 2011, il découvre le Monte Carlo historique où il va faire l’assistance technique de deux de ses amis, Richard Kuss et Alain Bosc.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 3

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 4

Mais tombé amoureux de cette épreuve mythique, l’envie de reprendre le volant est plus forte que tout et en 2016, il craque pour une Alfetta GTV… qui va rapidement le décevoir. Sa rencontre avec Thierry Emptas va changer beaucoup de choses. En 2018 il s’occupe de l’assistance de sa Peugeot 404. Ce sera la révélation ! La voiture est simple mécaniquement, fiable, conviviale et attire la sympathie. Georges en est convaincu, il lui faut une populaire française.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 5

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 6

En février 2018, lors d’un déplacement, il repère, à quelques kilomètres de chez lui, au bord de cette nationale qu’il emprunte quasiment tous les jours (Ca se passe toujours comme ça !), un hangar devant lequel est stationnée une bonne dizaine de 2CV, Dyane, Mehari…

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 7

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 8

Mais voilà, c’est ça qu’il lui faut ! Georges prend alors la contre allée et se retrouve au « 2CV Dyane de la Crau », un club de passionnés. Il rencontre alors Bruno, le président de cette sympathique association à qui il va alors expliquer être à la recherche d’une voiture avec laquelle il pourrait courir en régularité. Bruno l’observe en se demandant quel peut donc être cet énergumène qui débarque !

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 9

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 10

Quoiqu’il en soit, Bruno l’oriente vers une Dyane, dont les propriétaires sont partis en Australie. Elle avait été modifiée et préparée pour la terre. Elle est réhaussée, affublée d’un pare-buffle, peinte en bleu – blanc – rouge mais surtout, son 2 pattes a été équipé d’un kit Burton pour le faire passer de 602 à 652 cm3 et gagner quelques chevaux. La base est bonne. Puis Georges se rend compte qu’elle représente son auto idéale. Elle est éligible au Monte Carlo Historique, abordable financièrement et mécaniquement et dotée d’un  fort capital sympathie. Sans hésitation, il signe !

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 11

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 12

Aussitôt, il averti son fils et lui annonce qu’il a enfin trouvé sa populaire française avec laquelle il va pouvoir courir, d’autant plus une Citroën. Ce dernier, qui essaye de deviner, GS, CX, DS, perd la face quand son père lui annonce qu’il s’agit d’une Dyane. Décidément, tout le monde le prend pour un fou !

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 13

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 14

Bien pris par ses occupations professionnelles, il attend que les choses se calment en septembre pour enfin passer aux choses sérieuses. La première étape va être simple. Il envoie des photos de la voiture à Richard Micoud, responsable de la communication à l’Automobile Club de Monaco et lui demande son avis pour l’engager au Monte Carlo Historique. La réponse ne se fait pas attendre… Sur terre, il n’y aurait pas eu de soucis, mais là, il va y avoir un problème ! Mais afin de l’aider et de l’orienter, il lui envoie les photos de la Dyane qui a participé à l’épreuve monégasque en 1976 avec l’équipage Michel Peyret – Jean-Jacques Corneli.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 15

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 16

Georges a ainsi trouvé ce qui va l’occuper, lui et les membres du club de la Crau, jusqu’en janvier 2019. La voiture retrouve des pare-chocs et des ailes d’origine avant d’être repeinte afin de revêtir la même robe que celle de son illustre ainée de 76. Elle est ensuite rabaissée et maintenue grâce à des suspensions à gaz. Elle reçoit un échappement direct Burton et est enfin mise en configuration VHRS. L’adaptation du Trip master et des sondes a donné pas mal de fil à retordre. Pour y arriver, Georges reçoit un coup de main de Marc qui court lui aussi en Dyane. Avec l’aide plusieurs membres du club, il en profite pour refaire le faisceau électrique. Pour finir, la voiture est vidée et équipée de deux sièges empruntés à une BX.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 17

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 18

Le 30 janvier 2019, il est à Reims pour prendre le départ du Monte Carlo historique. L’accueil est juste hallucinant, le public est dingue de cette Dyane qui attire autant la curiosité que la sympathie. Le départ n’est pas encore donné qu’au concours des selfies, Georges et sa Dyane ont déjà gagné le coeur des spectateurs.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 19

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 20

Georges et son copilote Sébastien, rejoignent l’arrivée et se classent 209ème. La Dyane a tenu le coup, même si elle a montré deux défauts majeurs. Les sièges au maintien catastrophique et surtout, le freinage qui a rapidement rendu l’âme, obligeant Georges à anticiper et user du frein moteur.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 21

A peine rentre t’il de Monaco, qu’avant de passer chez lui pour profiter d’un repos bien mérité, il s’arrête au club. Il est accueilli sous les applaudissements et les félicitations des membres présents et Georges, envahi par l’émotion, décide de remettre ça.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 22

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 23

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 24

Un membre du club lui propose deux baquets. Le premier problème est réglé. Au niveau des freins, la Dyane est montée d’origine avec des tambours inboard en sortie de boite. Mais pour les changer, il faut aussi remplacer la boite. Rapidement il trouve ce qu’il lui faut auprès d’un autre membre, la Dyane reçoit donc des freins à disque, un nouvel embrayage et en y étant, un volant moteur allégé. Le moteur reste tel quel, l’objectif n’est pas d’aller jouer avec la fiabilité qui s’est avérée exemplaire pendant tout le rallye. Mais l’heure est venue d’aller voir ce que ça donne sur la route.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 25

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 26

Je n’ai jamais apprécié une voiture pour sa fiche technique. Bien entendu, plus elles sont puissantes et technologiques, plus elles sont impressionnantes, mais avec ce côté artificiel qui vous font vous demander si c’est vous qui maitrisez les choses ou l’électronique. Du coup, je suis toujours parti du principe que les sensations ne se retrouvent pas que dans la puissance et les performances… Donc pour faire court, attaquer les petites routes sinueuses dans Alpillles, dans une Dyane énervée et affutée, va rester un moment gravé dans ma mémoire ! Avec en plus le gros avantage de passer juste à fond de partout, sans mettre en péril son permis. C’est juste bluffant et on se régale autant qu’on s’amuse.

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 27

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 28

Au départ de l’édition 2020, Georges à confirmé que les modifications apportées ont été bénéfiques. Plus de frayeur sur les freinages et un meilleur maintien des sièges. L’équipage rejoindra le port de Monaco à la 194ème place. Une prouesse, même si l’essentiel est ailleurs…

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 29

Vous vous rappelez la vision du père de Georges, qui considérait la 2CV comme ce symbole de la pauvreté rurale française. En parallèle, sa mère lui a également appris l’amour des choses simples. Un concept cher à Albert Camus… Et justement, la Dyane est la digne représentante de cette philosophie, la voiture « camusienne » par excellence. D’autant plus qu’elle a grandi dans l’ombre de sa célèbre soeur ainée. Non, Georges n’est pas fou, il a juste pris un revanche sur le temps, comprenant que le plaisir se cache dans les détails. Et le sien pour le comprendre, il faut l’essayer… pour l’adopter instantanément !

'76 Citroën Dyane... Prête pour le Monte Carlo ! 30

© DLEDMV