Dans le genre voiture inutile de A à Z, je demande… La Mini Moke. Une bouille de gentille petite anglaise pour aller à la plage, un (tout) petit 4 cylindres pétillant, une bâche pour faire office de toit, et on obtient la caisse de vacances parfaite. Sauf qu’à la base… Non.

'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 1

Croyez-le ou non, la Mini Moke était à l’origine une étude pour l’armée. Oui les gars, on a tous en tête des véhicules vert kaki, hauts sur pattes, qui font du bruit, et surtout… Qui font peur ! Pas vraiment la première impression que donne la Mini Moke. Là c’est plutôt le retraité du golfe de St Tropez qui va chercher son pain le matin. Et pourtant, le cahier des charges de l’armée c’était une petite caisse qu’on pouvait balancer d’un avion, légère, et tout terrain. Un peu la Jeep version Earl Grey. Mais bon, chez British Motor Corporation, il ont pas du le comprendre comme ça. Reposant sur une plateforme de Mini, des roues minuscules et une garde au sol digne d’une caisse de stance ont coulé complètement les chances du projet. Finalement, la Mini Moke est revue comme utilitaire à compter de 1963.

'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 2


'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 3

Et ce fut un putain d’échec commercial. En même temps, si on prend un chouill’ de recul, c’était logique. Aller commercialiser une bagnole ouverte et sans portes, dans un confort digne d’une caisse à savon, avec une bâche en guise de toit, le tout comme utilitaire dans un pays avec un climat pire qu’en Bretagne… Je sais pas vous, mais je pense que les mecs du bureau d’étude se sont fait virer. Et tout le reste du conseil de direction avec. C’est plus de l’espoir à ce stade, c’est de l’utopie ! D’ailleurs pour enfoncer le clou, sur la phase 1 (Mark 1 pour faire classe), la banquette arrière et la toile de toit sont des options, à monter… vous-mêmes. Finalement, on était pas très loin du cahier des charges de l’armée. On te balance ta caisse, ton toit, ta banquette, et démerdes-toi !


'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 4

A compter de 1967, l’utilitaire Mini Moke qui bénéficiait d’un régime fiscal très intéressant est considéré comme véhicule à usage privé par les autorités. La résultante est la perte dudit régime fiscal, et par là-même de la majeure partie des clients qui auraient pu être intéressés par la caisse. Au final, en 1967 sur les – quand même – 15000 exemplaires produits, seuls 1500 ont été vendus en Grande Bretagne et la majeure partie commercialisée sous la marque Morris, le reste étant badgé Austin. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais la caisse a aussi été assemblée en Australie avec un moteur 1000 cm³ au lieu du 850 cm³ de 34 ch d’origine, et même 1300 cm³ sur la version California ! Encore mieux, les droits ont été achetés par plusieurs marques, dont le constructeur de motos Italien Cagiva, et aujourd’hui encore la voiture est produite en version électrique. Pas mal pour un échec commercial !

'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 5

Et du coup, la bébête qui se pavane sous vos yeux ? Non, elle est pas d’origine. Forcément, ‘fallait quand même que ce soit un peu intéressant. Elle a été modifiée subtilement. Ne vous attendez pas à un swap VR6 ou GSX-R. Non, ici on reste sur la Moke de 1967, avec son bon vieux 850 cm³ pour aller à la plage. Un carbu SU HIF en 44 envoie du lourd dans la chambre de combustion, quand l’allumage est upgradé. Une ligne RCM fait respirer le tout à la manière d’un groupe N, et ça lui va bien ! Un vrai petit kart ! On sait pas combien ça sort, mais même si on est au-dessus des 34 ch d’origine, on a pas non plus de quoi péter un chrono. En même temps c’est pas l’état d’esprit ! La petite boîte 4 manuelle suffit pour cruiser tranquille bercé par le 4 pattes et profitant du paysage.

'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 6

Côté suspensions et trains roulants, on tend pas mal sur le restomod. Amortisseurs Kyb, entretoises réglables Hi-Lo, cônes de suspension Moulton, bras améliorés, m’enfin, tout le tintouin ! Les jantes course KAD en magnésium font la taille impressionnante de… 10 pouces ! Impressionnant oui, on est plus très loin de la Hot-Wheels ! Avec 2.2 kg par jante, on reste dans l’esprit jouet. Les tous petits pneus de course Hoosier en 10 rajoutent au côté (un peu) méchant de la bête, quand des étriers 4 pistons mordent des disques ventilés rainurés devant. Derrière, les tambours d’origine sont améliorés. ‘Font pas semblant les mecs !

'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 7

Dedans, on reste sur du simple, sobre, mais sympa. Le volant devient un Moto-Lita cuir en 3 branches, des sièges de la dernière génération de Moke prennent place, ainsi qu’un levier de vitesse Magic Wand. L’instrumentation se réduit au minimum vital. Y’a même un autoradio Kenwood ! Le toit est refait en noir, et le reste de l’intérieur reprend le rouge de l’extérieur. D’ailleurs en parlant du dehors, à part la peinture rouge et les jantes, on reste sur une configuration d’origine.

'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 8

'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 9

Au volant malgré tout, il semble que la petite Moke soit assez énervée. Avec à peine plus de 400 kg sur la balance, le rapport poids/puissance de l’engin est comparable à celui d’une Ford Capri III en V6 de 2.0L ! Le tout dans une espèce de kart ! Une bonne dose de fun en prévision. Comme quoi, les gros moulins ça fait pas tout. Ici on a vraiment de quoi s’amuser pour pas cher, pour pas vite, et avec style ! Alors on signe où ?

'67 Morris Mini Moke – Ça sert à rien, mais c’est bien ! 10

© 911r via BaT