Sélectionner une page

Le pape du hot rod, c’est le Ford 32, le célèbre Deuce. Juste derrière, on retrouve son successeur, le Ford 33 (et 34). La différence ? Lorgnez la calandre… si elle est verticale, c’est un Deuce. Si elle est inclinée, c’est un 33… ou une réplique signée Factory Five, avec châssis tubulaire, carrosserie en fibre et surement un gros V8 qui n’attend qu’à être lâché !

Aux States on ne rigole pas avec la culture nationale. Du burger à la country en passant par le rodéo, la Nascar ou le base ball, chaque chose qui symbolise les états qui ont fait l’histoire du pays est vouée comme un culte à la bannière étoilée. Les hot rod en font bien entendu partie… et les kit car aussi. Oui, une fois encore, va falloir sortir la caisse à out’ et passer par la case Genius CV histoire de d’affuter ses compétences en mécanique.

Cette Ford 33 à la sauce hot rod, elle va vous apprendre des astuces pour faire un cv dans lequel vous pourrez y afficher tous vos talents, car avant de pouvoir en prendre le volant, il va surtout falloir l’assembler et y greffer un V8 qui va bien, car en terme de connaissances, il va falloir maitriser les choses, un peu plus que de se contenter de réparer un moteur atmosphérique.

Une fois encore, le roi de la caisse sur palettes c’est Factory Five. Si, rappelez vous la GTM, sorte GT40 à monter soi même. Eh bien c’te Ford 33 elle s’affiche également dans le catalogue du spécialiste des kit cars basé dans le Massachusetts. Au programme, le client a le choix entre deux stages.

Dans le premier, le client se charge de trouver l’ensemble V8 – boite (en fonction des préconisations de Factory Five) et ses freins. Le châssis est mis en config’ pour recevoir la greffe et quelques semaines plus tard, il reçoit ses palettes comprenant le châssis avec les trains roulants, la caisse et les vitrages, les roues, l’intérieur et quelques éléments mécaniques comme le réservoir, le radiateur ou le faisceau. Dans le deuxième, Factory Five y fournit le V8, la boite (via sa structure Blue Print Engine) et le freinage.

Dans tous les cas, chez Factory Five, on ne change pas une recette qui marche. Sous son look ressorti du passé, ce hot rod cache des dessous modernes. Le châssis tubulaire est renforcé par des panneaux en alu, et équipé de trains roulants à double triangulation maintenus par des suspensions Koni réglables. Si le client coche l’option freinage, il recevra un ensemble étriers et disques emprunté à une Ford GT… voyez, rien à envier à une sportive actuelle. Concernant le moteur, c’est V8 obligatoire, soit les Ford 4.6 l et 5.0 l Coyote, soit des Chevy small block et LS. Pour la boite c’est la même, le client choisit parmi sept config’ différentes, en auto ou manu.

Bien entendu, à l’arrivée, rien n’empêche le client de modifier ou de personnaliser sa Speedstar… Sellerie, ligne, peinture, jantes, équipement, accessoires… sachant que dans tous les cas, Factory Five s’adapte largement et facilement à toutes les demandes particulières.

Comme ce Ford 33 replica qui accueille entre les roues avant un Ford 302 ci forgé, préparé avec culasses Edelbrock et stroké en 347 ci (5.7 l) accompagné d’une transmission manuelle Tremec 5 vitesses, et un pont court de 8,8″ avec différentiel à glissement limité. Le freinage vient de chez Wilwood, les jantes sont signées Boyd Coddington en 18″ devant et 20″ derrière, chaussée en Pirelli P-Zero.  Sous sa robe grise, le toit cache en fait un hard top. Dans l’habitacle tendu de cuir noir, c’est baquets rétros, harnais Simpson, climatisation, direction assistée avec colonne réglable et une sono à vous pulvériser les tympans.

Le gars a pas fait semblant. Un look vintage pour des specs modernes… ou le plaisir de rouler en hot rod sans pour autant sacrifier l’efficacité, le confort et l’équipement moderne essentiel (d.a clim et sono, y’a pas de quoi se gaver, ça fait le job !) sans pour autant tomber dans l’inutile et le gadget alacon.

L’engin a été assemblé en 2019 et s’est revendu il y a peu pour 33.000 $… clé en main. Le prix d’un mauvais SUV compact mazouté ou hybridisé…! Ca donne envie de déménager de l’autre côté de l’Atlantique non ?!

© NHILL via BaT