Sélectionner une page

J’m’étais promis de ne plus parler de Porsche 911 Flat nose. Ah ouais, d’la 935, j’en ai mangé à toutes les sauces, de quoi frôler l’indigestion… Mais voilà, quand je suis tombé sur cette DP II, entre sa gueule de 935, ses hanches larges, son Flat 6 turbalisé bien énervé et son traitement full black, je n’ai pas résisté longtemps ! Et vous allez voir, vous non plus !

Sauf que là, je n’sais pas trop quoi vous raconter… l’histoire de la Porsche 935 ? Déjà fait… même en mode racing. Celle de DP ? Pareil. Maintenant, si vous les avez ratées, rien ne vous empêche de rattraper le retard. Quoiqu’il en soit, cette 911 Turbo est sortie d’usine en 86 d’origine afin de rejoindre New York. Pendant deux ans, elle va arpenter les rues de la grosse pomme avant de se retrouver passée en mode 935 DP II… et là, les choses ont bien changé.

Depuis 77, la Porsche 911 Turbo est passée en Flat 6 aircooled 3.3 l turbalisé pour 300 ch et 412 Nm de couple, en mode ON – OFF. Avec 1300 kg sur la balance, et malgré sa boite 4 manuelle (la seule qui peut encaisser le couple dans la gamme) elle est capable d’aller chasser le 0 à 100 en un peu plus de 5 secondes avant de filer vers la borne kilométrique en 24,2. Le tout avec une gueule de grenouille et les hanches laaaarges ! Honnêtement, déjà d’origine, je lui réserve une place de choix dans mon Top 10. Mais il faut croire que pour certain ça ne suffisait pas.

En 88, la bestiole va donc prendre le chemin des ateliers DP Motorsport, le célèbre préparateur allemand spécialisé dans les kits larges à nez plat. Et autant vous dire que lorsqu’elle est ressortie de l’antre du sorcier, elle avait perdu le peu de bonnes manières que Porsche avait jugé bon de lui laisser !

Physiquement la transformation est violente, limite bestiale. Design + Plastic (Oui, c’est ce que signifie DP) n’y est pas allé de main morte. Les ailes avant s’aplatissent et adoptent les pop-up ainsi qu’un pare-choc avec antibrouillards, et prises d’air pour le radiateur d’huile et les freins. A notez que c’est le même dessin qui servira d’inspiration à celui qui équipera les dix 930 Turbo S qui verront le jour en 89 (on en reparlera). Des bas de caisses relient les ailes et les rétroviseurs sont passés en mode obus. A l’arrière, le pare-choc est dégagé, la bande de catadioptre inter-feux a disparu, des prises d’air ont poussé sur les ailes qui, pour l’occasion ont pris du muscle. Enfin, la bête dévoile ses dessous, en l’occurence un échappement inox de chez DP qui a l’air de venir tout droit des enfers ! En tout cas, ça colle parfaitement avec le look full black du monstre.

Belle transition pour vous parler de ce qui se cache sous le capot arrière… la pompe à feu est bien entendu le Flat 6 aircooled de 3.3 l… qui a été revu par l’équipe de DeMan Motorsports qu’en 2008. Passé en 3.4 l tout a été forgé, poli, revu et shooté avant de se faire souffler dans les bronches par un K29 accompagné d’un intercooler DP et d’une boite 5 vitesses manuelle avec différentiel autobloqu’ ! De quoi faire passer la grenouille sous testo à 400 ch…

Pour les maitriser et les faire passer au sol (et y rester… c’est bien aussi !), les suspensions sont signées Bilstein et les barres sont réglables. Au cas où, on peut compter sur un freinage Brembo GTP pour faire mordre le volant à n’importe quel pilote un peu trop optimiste. Enfin pour finir le tableau, les ailes sont remplies par les presque obligatoires Fuchs qui affichent du 17″ et chaussées en Nitto NT1 de 235/40 et 315/35.

Dans l’habitacle on pourrait espérer un peu de douceur dans ce monde de brutes ! Eh bien non… c’est volant Ruf, baquets Recaro Competition en cuir noir, logo DP et ourlet blanc… tout comme les compteurs. C’est d’ailleurs la seule touche qui sort du noir.

C’te Porsche 930 DP II est tout simplement démoniaque. Son âge ? Elle le fait oublier. Le Flat Nose, on aime ou pas. Il n’empêche qu’il lui donne un look tout droit venu des Hunaudières. Pour un caractère sans filtre. Parce qu’avec elle, oubliez l’électronique et les aides… sa seule limite, c’est la taille des balls du kamikaze pilote qui tourne le volant pour essayer de la dompter !

 

© roadscholars1 via BaT