Les voitures, c’est comme les femmes ! Non, je ne suis ni sexiste, ni macho … Mais il faut croire que le phénomène cougar a frappé également le milieu de la voiture de collection … Parce que même motorisées, les mamies ont la côte !

DLEDMV_Ferrari_275_GTS4_spider_enchere_003

Surtout les mamies italiennes … Et je ne parle pas des strings qui disparaissent  entre 2 fesses fripées …! Non, je parle de V12 qui chantent, de lignes courbées et somptueuses, qui, au contraire des vieilles bimbos siliconées et tirées, gagnent en charme au fil des années. A tel point que leur rareté, alliée à leur pedigree et leur notoriété, font devenir fou le 1er collectionneur fortuné … Très fortuné … Car ces divas de la route et des circuits vous couteront bien plus cher à acquérir et à entretenir …! Rassurez vous, malgré les légendes urbaines, ces belles roulent … Elles ne font pas 15000 bornes par an comme le suggère Auto Plus pour une utilisation conseillée pour toute voiture essence … Mais, si elles vivent en villégiature dans des musées ou des collections privées l’année, elles sortent lors d’événements spécifiques tels Goodwood, Pebble Beach ou à la Villa D’Este. N’oubliez pas que pour sortir de telles sommes, même si le côté investissement et spéculation est présent, il faut être réellement passionné …


Les 10 monstres des enchères ... La revanche des cougars ...! 1

#10 – 1936 Mercedes Benz 540 K Spécial Roadster – 11.770.000 $

C’est à ce montant que le commissaire priseur à laissé tomber son marteau lors de la vente de Gooding en 2012. Elle fit la fierté et la joie de la Baronne allemande Gisela Von Krieger. Le gros roadster l’a suivi après la guerre alors qu’elle s’exilait aux Etats Unis. En 92, après des années de disparition, elle refait surface au fond d’une grange dans le Connecticut et subit une restauration complète en bonne et due forme … La voilà remise sur route, forte de son 8 cylindres en ligne de 5.4 l compressé pour 180 ch et sa ligne à couper le souffle. Elle n’a pas eu de mal à séduire son actuel propriétaire qui à débourser plus de 11.000.000 $ pour l’acquérir.

#9 – 1957 Ferrari 250 Testa Rossa – 12.402.500 $

Les Ferrari sont rouges, pour une raison de couleur nationale. La 1ère Ferrari de route fut jaune … Celle-ci est noire. Les 300 ch de la belles ont trouvé preneur en 2009 lors de la vente RM Auctions du « Ferrari Leggende e Passione », l’une des 22 exemplaires construits en 57 et 58. Sa vie a été rythmée par les circuits, ou elle continue d’émerveiller les passionnés et encore plus son pilote !

#8 – 1953 Ferrari 340/375 MM Berlinetta Competizione – 12.812.800 $

340/375 puisqu’en 1953, Maranello remplace son V12 de 4,1 l pour une 4,5 l qui équipait les F1 d’alors (Ferrari code ses modèles par rapport à la cylindrée unitaire des moteurs, 340 cm3 x12 cylindres). Mais ce fut pour la bonne cause, aller taquiner les 24h dans la Sarthe.  Même chose pour la carrosserie, adaptée pour les contraintes de l’endurance et des Hunaudières. Les différentes restaurations lui redonneront ses lettres de noblesses originelles, retrouvant son 4,1 l et le dessin de Pinin Farina. Lors de la vente RM de la Villa Erba, elle change de main en flirtant avec les 13.000.000 $ !

 #7 – 1964 Ferrari 250 LM – 14.300.000 $

Le V12 Colombo de 3.0 l développe 320 ch pour celle qui fait rentrer Ferrari dans l’ère des berlinettes à moteur central. La spécificité de ce modèle est qu’il fut commandé en 64 par Steven Earle de Santa Barbara pour un usage routier. Après quelques années d’utilisation normale, aller chercher le pain, les courses, les gamins à l’école, … Il s’en sépare, et la 250 LM va enfin connaitre les circuits, dont Sebring et Daytona, ou elle y remportera les 24h en 68. Elle change de main en 2013 alors qu’elle n’était qu’une 2ème main !

#6 – 1957 Ferrari 250 Testa Rossa – 16.390.000 $

Celle ci est rouge, a été vendue neuve au North American Racing Team, et a même disputé les 24h du Mans. Bref une vie tout à fait normale pour une Testa Rossa de 57 … Mis à part que c’est la toute 1ère à avoir vu le jour … Et ça, ça justifie les plus de 16.000.000 $ déboursés lors de la vente Gooding à Pebble Beach en 2011.

#5 – 1954 Ferrari 375 Plus Spider Competizione – 18.400.177 $

Voici celle qui fut surnommée « Le Monstre » par les français, ou encore « The Fearsome Four-Nine » par nos voisins anglais. Ce surnom, elle le dut à son écrasante domination dans les courses européennes puis américaines. Puis elle disparut, avant que son moteur et sa caisse furent retrouvés séparément l’un de l’autre. Ferrari se chargeât de les réunir à nouveau et de lui redonner vie … Ce mélodrame, sa restauration à neuf et son palmarès lui firent passer les 18.400.000 $ lors de la vente Bonhams de cette année.

Les 10 monstres des enchères ... La revanche des cougars ...! 20

#4 – 1964 Ferrari 275 GTB/C Spéciale – 26.400.000 $

Bim, on fait un bond de 8.000.000 $ … Déjà, elle est magnifique. Elle a fini 3ème au 24h du Mans 1965 et il n’y en a eu que 3 à sortir des usines de Maranello. Elle s’est vendue cette année grâce à RM Auctions pour plus de 26.000.000 $ !

#3 – 1967 Ferrari 275 GTS/4 N.A.R.T Spider – 27.500.000 $

Nous voilà dans le top 3, avec une routière, comme quoi le palmarès ne fait pas tout. Cette Ferrari (Hé oui, encore …) s’est vendue pour plus de 27.000.000 $ lors de la vente RM Auctions de Monterey l’année dernière. Elle était estimée par les experts à un paisible 14 – 17 millions $ … Pour finalement devenir l’une des ventes les plus mémorables. Rien de spécial pourtant, mis à part qu’il n’en existe que 10, toutes basées sur des 275 GTS/4 coupé et transformées ensuite en Spider chez Scaglietti … Et qu’elle n’avait connu qu’un seul et unique propriétaire … Oui, une 1ère main ! Eddie Smith l’a achetée neuve en 67 et ne s’en est jamais séparé. Décédé en 2007, sa famille l’a conservée 6 ans avant de s’en séparer et de faire don du montant de la vente à des oeuvres de charité !

#2 – 1954 Mercedes Benz W196 – 29.607.760 $

Celle qui fit parler d’elle en 2013, en établissant un nouveau record lors de la vente Bonhams du festival Of Speed de Goodwood … La Flèche d’Argent du Maestro, Juan Manuel Fangio. Plus de 29.600.000 $ furent débourser pour avoir une légende dans son garage.

#1 – 1962 Ferrari 250 GTO – 38.115.000 $

La reine est morte, vive la reine …! Le sacre de la W196 n’aura duré qu’une année, avant que Ferrari ne reprenne son sceptre. Une 250 GTO … forcément ! La légende de Maranello, qui est devenue celle des Commissaires Priseurs avec plus de 38.000.000 $ lors de la récente vente Bonhams de Monterey. Et encore, son estimation était de 50.000.000 $ ! Ne cherchez pas à comprendre, il y en a aux palmarès plus étoffés, plus puissantes,   plus rares … Mais la reine, c’est elle !

DLEDMV_ferrari-250-gto_most_expensive_car_01-800x520

source : automobilemag.com – © photos : Bonhams – RM Auctions – Gooding –