Certaines caisses, on ne les remarque pas tout de suite. On les croise, mais sans vraiment les regarder. C’est ce qui s’est passé l’année dernière à Genève. Je suis monté dans la LC chez Lexus, mais dans la frénésie, j’ai pas vraiment fait gaffe à l’extérieur. Puis je suis retombé dessus au gré des articles et des photos sur la toile. Et là, je me dis que c’est tout simplement la plus belle auto que j’ai jamais vue. Du coup, dès qu’une version pompelup est sortie, ‘fallait qu’on vous en parle !

Lexus LC 500 par Liberty Walk... (bave au coin de la bouche) 11

On va déjà se faire un petit point culture. La LC est issue de l’étude LF-LC de 2012. Initialement elle était censée finir ses jours dans un entrepôt oubliée de tous, ou, au mieux, dans un musée. Mais Lexus, devant l’engouement du public, décida à la surprise générale de la produire. Prenez-en de la graine les français ! On la retrouve donc sur nos routes depuis 2017. Sous le capot ? Un V6 couplé à une technologie hybride qui sort 359 cv ou un V8 5.0l atmo de 477 cv à faire pâlir une Maserati. Les dernières versions Sport + sont dotées de série d’un autobloc, toit carbone, roues arrières directrices et j’en passe. Une vraie GT, mais pas forcément sportive.


Lexus LC 500 par Liberty Walk... (bave au coin de la bouche) 12

Mais ça, c’était avant. Avant son passage chez Kato san, le taullier de chez Liberty Walk. Au programme suspension à air AirRex histoire de pas se trouver con devant une entrée de parking un peu haute. La traditionnels passages de roues élargis et rivetés sont de la partie ainsi qu’un petit aileron bec de canard qui vient rehausser le côté bestial. Exit les boucliers avant et arrière, place à un diffuseur de fou, une lame, et 4 sorties titane. 

Lexus LC 500 par Liberty Walk... (bave au coin de la bouche) 13

A ce niveau, le V8 doit faire peur à une Maserati. Pourtant il ne reçoit pas de préparation spécifique. Vous nous direz, vu l’engin, y’a pas vraiment besoin. Bien qu’ici on pense qu’il y aura un nippon qui lui collera deux escargots, juste histoire de ! Liberty Walk a fait fort. S’attaquer à une des plus belles autos du moment, faut pas se louper. Dire qu’ils ont sublimé la LC ? Non. Ils l’ont rendue plus bestiale, plus agressive. Ils l’ont énervée. Et ils ont décidé de la présenter au Tokyo Auto Salon. 

Lexus LC 500 par Liberty Walk... (bave au coin de la bouche) 14

Nous ici, on est amoureux. Mais comme beaucoup d’entre vous le savent, l’amour ça coûte cher. Ici, en plus des 119 000€ de la version Sport+ (plus la petite sodomie française…) il vous en coûtera environ 20 000 de plus pour le kit. Vous nous direz, c’est le prix de la M6 coupé sans options. A vous de choisir ! 

Lexus LC 500 par Liberty Walk... (bave au coin de la bouche) 15

© Liberty Walk Performance