Chip Foose… Si vous suivez un peu Overhaulin’, son perfectionnisme, son sens du détail et son goût certain ne vous auront sûrement pas échappés. Mais avant de devenir une vedette de l’audiovisuel petrolhead, Chip est avant tout un pape du Hot Rodding formé chez Boyd Coddington, excusez du peu ! Jetez donc un œil à l’une des créations qui a bâti sa légende…

Foose

Mister Foose est un esthète : être capable de voir que c’est en reculant de 5 centimètres une poignée de porte ou en recourbant de 3 degrés un pare-chocs que tu magnifies la ligne d’une caisse, faut le faire ! Mais n’allez pas croire qu’il se cantonne à ce genre de bidouilles, aussi classes soient elles. Non, là où on voit vraiment le génie du type, c’est quand il part d’une feuille blanche, et je ne parle pas de ses fameux croquis.

Foose


Enfin, feuille blanche… Aussi hallucinante que soit cette Hot Wheels à l’échelle 1, elle n’est pas si inédite que ça : elle a une filiation incontestable avec la mythique Aluma by Boyd . Sortie au début des 90’s, elle avait foutu un sacré coup de pompe dans la fourmilière du Hot Rodding : pneus taille basse sur jantes alu, 4 pattes turbo à injection… Vous avez dit Pro-Touring ? Ouais, bah au siècle dernier c’était une hérésie !  Bref, Chip a fait ce qu’il sait faire le mieux, il a poussé le vice… Et l’élève a salement dépassé le maitre.


Foose

Plus large que haut, une ligne effilée comme une dague, lisse comme un galet : ce rod en impose, on dirait un lakester prêt pour El Mirage, mais sauce high-tech. La calandre laisse entrevoir une suspension Hotchkiss triangulée digne d’une monoplace, de massifs étriers Baer à 6 pistons pincent des galettes de 14 pouces planquées derrière les jantes Foose en 18 devant et 20 derrière… Lourd ! Et comme on est plus chez Arianespace qu’au speedshop du coin niveau ingénierie, sachez que la coque est entièrement en carbone.


Foose

C’est bien beau tout ça, mais avec ce look de Sidewinder pimpé il faut une mécanique à la hauteur. Aussi élégant soit-il, on se demande ce que Chip a pu caser de viril sous un capot aussi spacieux qu’un kayak de loc Ardéchois ? Bah rien, puisque comme sur mamie Aluma le moulin est en position centrale arrière ! Et quel moulin… Un badass V8 Ford 5.4 litres fignolé par Roush Racing qui balance 460 mustangs via une boite ZF 5 rapports : Powaaaaah !

Foose

Et en plus d’être violent il est magnifique ce bouilleur. Tout ce qui pouvait être poli l’a été et il brille comme un diamant au fond de son écrin de carbone. Les deux rangées de filtres à air ronds qui le surmontent apportent une petite touche oldschool mais savamment actualisée, non franchement, rien à dire : c’est un sans faute.

Foose

A l’intérieur, c’est hors catégorie : cuir ton caisse, carbone et alu se côtoient dans un festival de finitions magnifiques. Même des pièces comme les pédales ou le bloc instruments, que 99% des préparateurs vont piocher dans les catalogues des constructeurs ou de l’aftermarket, sont faits maison ! Une dinguerie, la Foose Touch à son meilleur !

Foose

N’ayons pas peur des mots, cette caisse est un chef d’œuvre. Le concept même est déjà incroyable, mais la qualité des pièces et matériaux employés, les choix techniques et la qualité de fabrication forcent le respect. Chip Foose nous a tout simplement pondu le Rod du futur… il y a 10 ans !

Foose

Le modèle présenté ici est le dernier des 5 Foose Coupé produits. Pour l’anecdote, il a été vendu accompagné du croquis originel de Chip. Je trouve toujours fascinant de constater que dès qu’il sort ses crayons, il a déjà très précisément en tête le résultat final, un pur génie, respect !

Foose

©Bringatrailer.com