L’histoire de la Jerrari n’est pas compliquée. Vous prenez un milliardaire bien mégalo, collectionneur de bagnoles et qui aime rouler dans des caisses uniques ou du moins, réalisées sur mesure. A la fin des 60’s, il a l’idée saugrenue de vouloir rouler dans un 4×4 Ferrari. Sauf qu’Enzo va refuser sa demande et ses dollars. Pas grave, des spécialistes il y en a aussi aux States…

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 1

J’vous avais dit qu’on allait recroiser ce cher William Hannah. Avant de faire modifier sa Daytona par un spécialiste des hot rod, il avait une obsession. Rappelez vous qu’à la base, notre homme est un féru de jeux d’argent. Sauf que le pognon qu’il allait gagner, plutôt que de le bouffer, il allait l’investir et le faire fructifier dans les hôtels et casinos, contribuant ainsi au développement de la ville de Reno dans le Nevada.

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 2

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 3

Fortune faite, William dépense une partie de ses milliards pour assouvir sa passion de l’automobile. L’argent lui étant un peu monté au melon, il aime, histoire de bien se faire remarquer, rouler dans des caisses réalisées sur mesure, uniques ou du moins extrêmement luxueuses et rares. Partant du principe que de toute façon l’argent peut tout acheter, il ne se refuse aucune excentricité, jusqu’à aller demander à Enzo de lui réaliser un 4×4 (Oui, à l’époque on ne disait pas encore SUV). Mais c’était sans compter sur le caractère du Commendatore qui allait refuser sans aucune discussion ni compromis. Une Ferrai c’est une sportive racée, et pas un engin agricole au dessin roturier (Le pauvre, il doit se retourner dans sa tombe aujourd’hui !).

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 5

Mais ce serait mal connaitre William Hannah, qui n’est pas prêt de jeter l’éponge et d’abandonner son idée, toute saugrenue soit elle ! Nous sommes en 69. Ca fait 6 ans que Jeep a lancé la mode des 4X4 luxueux avec son Wagoneer qui n’est ni plus ni moins que le précurseur des gros SUV prétentieux actuels.

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 6

Voyez arriver le truc… Hannah, s’achète un Wagonner et va chercher dans son garage sa Ferrari 365 GT 2+2. Il les confie à un pro du custom et des hot rod, et lui demande en échange d’un gros paquet de dollars, de fusionner les deux. Et le résultat, il défile sous vos yeux. A part les pros de l’argumentation avec le nez coincé dans leur nombril qui s’exclameront “Gneu gneu, c’est dégueulasse”, il faut reconnaitre que le style est… particulier.

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 8

Le châssis est celui du Wagoneer. La face avant, vous l’aurez reconnue, est celle de la sportive italienne. Déjà là, on s’dit que la greffe est loin d’être naturelle… Sous le capot, on retrouve le V12 accompagné de la transmission automatique d’origine. L’engin a donc gardé ses 4 roues motrices débrayables. Une peinture verte intégrale (bien moins sexy que le woodie style d’origine) sur une carrosserie lissée, un habitacle avec quelques bricoles, sellerie cuir, pédales alu ou encore le Nardi bois afin d’apporter une touche d’Italie à ce tableau pourtant très ricain.

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 9

A l’époque, la Jerrari a fait son effet… chaque magazine de la presse auto spécialisé américaine y est allé de son article, hurlant au scandale face à ce mariage contre nature. On aurait pu penser que tout ce bordel allait suffir à calmer William Hannah. C’était mal connaitre le milliardaire qui allait remettre ça huit ans plus tard.

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 10

On prend les mêmes et on recommence… enfin presque. Ce coup ci, Hannah, va se contenter de récupérer le V12 du premier Jerrari pour le faire greffer sur un nouveau Wagoneer. Pas d’excentricité, ni de bling bling. Juste un swap… pour celui qui deviendra le Jerrari 2.

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 11

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 12

Aujourd’hui, ces deux Jerrari existent toujours. Le premier a reçu un V8 Chevrolet 350 ci à la place du V12 Colombo. Il a été vendu il y a quelques années sur Ebay pour une grosse poignée de dollars ! Quant au second, il fait partie des attractions du National Automobile Museum de Reno, exposé aux côtés de la célèbre Lincoln Continental convertible ’62 de JFK, ou de la Cadillac Eldorado Custom Coupe de 73 qui appartenait à Elvis Presley.

Jerrari... La fusion d'une Jeep et d'une Ferrari ! 13

© Signatures éventuelles