En 1986, General Motors achète Lotus et c’est plein d’ambition que Détroit Hethel lance en 89 l’Elan… le retour du petit roadster biplace, léger et sportif, censé relancer la marque en lui faisant faire un volume de ventes record. ‘Fin, c’est comme cela que ça se passe dans la tronche des dirigeants… car comme souvent, la pratique ne va pas forcément se passer comme la théorie !

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 1

Je ne vais pas vous la jouer Hitchcock… le retour de la Lotus Elan en 1989, ça va être un vautrage spectaculaire. A tel point que Général Motors va se purger de Lotus pour s’en séparer. C’est un peu le souci quand tu rachètes une marque sans vraiment t’intéresser ni à son ADN ni aux attentes de ses fans… s’apparentant pour certains à des intégristes (coucou les Porschistes !).

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 2


Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 3

A la base, la Lotus Elan, c’est un jouet. Présentée à Londres en 62, elle se pose là en véritable sportive, fidèle à l’esprit de son créateur Colin Chapman qui, après avoir perdu pas mal de tune à cause de l’Elite, décide de revenir à une voiture plus traditionnelle, répondant toujours au célèbre adage, Light is right. L’Elan c’est donc 105 ch pour un peu moins de 700 kg… mais surtout plus de 14000 exemplaires écoulés entre 62 et 74 (un record qui sera battu par l’Elise), pour un palmarès sportif reluisant et une image au firmament.


Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 4

Dès le début des 80’s, Lotus va songer à lui donner une remplaçante… mais Chapman n’y crois pas, misant désormais sur l’Esprit, plus moderne et sportive dans sa définition. C’est donc à reculons qu’il valide le projet M90 en 81. Et à l’image de l’histoire de la marque, ça devient vite le bordel… roadster biplace, puis coupé 2+2, sans Chapman aux commandes du projet, Lotus se cherche.


Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 5

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 6

En 86, le rachat par General Motors apporte du sang neuf, mais surtout, des finances solides et stables… qui plus est, les ricains n’ont pas racheté Lotus pour se pâlucher en salle de réunion. Le Projet M90 est dépoussiéré et acté en fonction d’une enquête réalisée quelques années auparavant. Elle stipule que la tendance des amateurs de sportives, c’est les GTi. Des voitures accessibles, énervées et fun à conduire, sans pour autant risquer sa vie à chaque virage.

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 7

C’est à partir de ces conclusions que Lotus va lancer le projet M100 qui, afin d’en limiter les couts de production et améliorer sa rentabilité, va devoir s’appuyer sur un ensemble moteur boite de grande diffusion. Le cahier des charges stipule un gazier fiable, compact, performant et… pas cher ! C’est un 4 cylindres Isuzu (dont GM en est l’actionnaire majoritaire !) qui va être sélectionné, un 1.6 l 16 soupapes boosté par un turbo pour sortir 165 ch et 20,4 Nm (les anglais auront aussi droit à une version atmo de 130 ch).

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 8

A partir de là, le premier proto va pouvoir voir le jour dès 1987. L’Elan reprend finalement le concept originel du roadster deux places. Courte et large, elle repose sur un châssis poutre sur lequel les ingénieurs ont greffés des trains roulants inédits. Double triangulation à l’avant maintenue par des combinés pendant qu’à l’arrière on retrouve des triangles inférieurs avec leviers transversaux supérieurs, combinés et une barre antiroulis.

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 9

Au niveau du style, bien que Giugiaro ait fait une proposition, c’est finalement  le dessin de Peter Stevens, le designer interne, qui sera retenu (à qui on doit également la Jaguar XJR15, la Lotus Esprit, la Prodrive P2, la MG XPower SV ou encore la McLaren F1). Tout en sachant rester sobre, l’Elan affiche un look résolument sportif. Porte à faux réduits au maximum, cul large, avant profilé, phares pop-up cachant des doubles optiques (ceux de la Venturi 300 Atlantique) et feux arrière empruntés à l’Alpine GTA. Une réussite dont on prend réellement toute la mesure 30 ans plus tard en se rendant compte que la petite n’a pas pris une ride.

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 10

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 11

En tout cas, fidèle aux habitudes de son blason, la caisse est en fibre, assemblée selon un procédé spécifique permettant une production en série avec une qualité de finition parfaite. Avec tout juste une tonne sur la balance (1020 kg exactement), un gazier péchu profitant du souffle du turbo et un châssis aux petits oignons, la Lotus Elan entre en jeu en 89, et GM est prêt à exploser les records de ventes…

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 12

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 13

Sauf que… la p’tite Elan va se vautrer comme une merde ! La puissance, elle la passe sur la route par les roues avant… oui, c’est une traction. Lotus a dû s’adapter à son moteur… dont l’adaptation en propulsion se serait avérée bien trop couteuse. Les ingénieurs auront zappé l’essentiel, l’Elan est une Lotus, pas une GTi ! Et c’est bien malheureux car l’Elan avait tout pour. Le 0 à 100 flirtait avec les 7 secondes, la puce passait le 400 m en 15,4 puis shootait le 1000 m en 27,9 avant de filer à 220 km/h. L’efficacité était redoutable… à sa sortie les journalistes spécialisés vont essayer de la shooter pour lui en faire voir de toutes les couleurs… ils vont tous être surpris devant le comportement magique de l’Elan, tellement réussi qu’il ne laisse pas présager son architecture. Rien n’y fera !

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 14

A tel point que l’Elan aura même raison des dirigeants de General Motors… la marque anglaise, plombée par des comptes désastreux, est revendue pour trois fois rien à l’homme d’affaire italien, Romano Artioli. Dans le stock, il reste 800 châssis… qui deviendront 800 Elan S2. Le dernier souffle de l’Elan M100 car en parallèle, Artioli lance déjà le projet de sa remplaçante, plus légère, plus sportive, plus radicale, reprenant l’esprit de la marque. En 95, la dernière Elan sort des lignes alors que l’Elise est présentée quelques semaines plus tard au salon de Francfort.

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 15

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 16

Artioli en difficulté après l’aventure Bugatti et le cout pour relancer Lotus et développer l’Elise, se voit malheureusement obligé de revendre la marque au groupe malaisien Proton… qui va aussitôt céder la licence de l’Elan M100 à Kia… le constructeur coréen va alors commercialiser sa version de l’Elan, semblable à la sportive anglaise, si ce n’est qu’elle reçoit un 4 cylindres maison de 1.8 l atmo de 136 ch.

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 17

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 18

A l’arrivée, hormis sa traction, la Lotus Elan était un vraie Lotus, mignonne, efficace et performante (j’ai toujours kiffé c’te caisse !). Pourtant la S1 ne séduira que 3855 amateurs, plus les 800 S2 et un peu moins de 1000 Kia Elan. Une véritable rareté atypique que le temps a fini par rendre attirante…

Lotus Elan M100 - L'attraction fatale ! 19

© BaT