Sélectionner une page

Ca faisait un p’tit moment qu’on ne vous avait pas causé d’une BMW M3 E30. Alors pour l’occasion, je vous ai dégotté un modèle 100% d’origine… oui, je veux me réconcilier avec les puristes. Prêcher leur bonne parole.J’ai fini par réaliser qu’il n’y a rien de mieux… qu’un bloc préparé et une caisse shootée pour aller se défouler. Quoi ? Vous m’avez cru ? Vous n’êtes pas sérieux !

Une M3 E30, c’est fait pour aller taquiner la zone rouge dans les virolos ou sur l’asphalte d’un circuit. Victime d’une côte qui a explosé depuis ces dernières années, certains ont oublié son ADN de sportive, pour les enfermer à double tour dans des box sécurisés ! Si c’est pas malheureux. Enfermer un tel engin… c’est un peu comme si Rocco avait préféré une carrière de curé… ah y’aurait eu des malheureuses !

D’autant plus que la M3 reste une des rares machines à avoir été capable d’aller chasser la victoire aussi bien sur circuit que dans les spéciales, que ce soit en Gr.N ou en Gr.A. Une prouesse mais surtout le résultat d’une conception qui n’a pas laissé grand chose au hasard.

La bestiole de 87 que je vous ai trouvée est un mélange des toutes les évolutions de la M3, avec pour ne rien gâcher, une touche de compet’ qui lui permet de lui virer le costard pour lui faire enfiler le jogging… et ça lui va tellement bien.

Ne me demandez pas pourquoi ni comment, mais c’te M3 a fini par se retrouver au Japon. Et une fois sur l’archipel, elle a été confiée à l’équipe d’Asada Racing afin qu’elle puisse prendre sa race… pour passer en mode race ! Sous sa robe Diamond Black Metallic, elle cache un capot et des ailes en carbone. La lèvre avant débarrassée des antibrouillards reprend le style de la Sport Evo pendant que l’aileron DTM réglable vient du catalogue Gurney. Les feux sont passés aux LED, les vitres latérales au Lexan et les rétro viennent de chez Hagus.

Sous la robe, on trouve des amortisseurs Bilstein avec ressorts courts BesTex, des barres anti-roulis plus grosses et un freinage composé de disque et étrier de F40 à l’avant et de Skyline R32 GTR à l’arrière. Enfin pour remplir les ailes, on y a collé un jeu de jantes Asada Racing en 17″ chaussées en Toyo R888 de 215/45.

Il fallait bien ça pour encaisser les charges du gazier… Le S14 de 2.3 l d’origine a été refait et stroké en 2,5 l. Le vilebrequin a été emprunté à une Sport Evo alors que les pistons, bielles, soupapes et arbres à cames sont ceux signés Gr.A ! Une boite à air en carbone gave l’inspiration et l’expiration se fait via une ligne inox sur mesure. L’allumage est signé MSD et une gestion Motec joue au chef d’orchestre. Une attention toute particulière a été portée au refroidissement. Ce sont désormais 240 ch qui filent aux roues arrière via un volant moteur allégé, un embrayage renforcé et un DGL. Ah oui… si la Sport Evo sortait elle aussi 238 ch, sachez qu’ici, les 240 ch, ils sont sortis au banc et aux roues…

Enfin dedans, on suit le même esprit que dehors. Vidé, débarrassé de la banquette, il faudra d’abord passer l’arceau avant de s’installer dans des baquets Recaro… inclinable pour le passager et fixe pour le pilote. Des  harnais Takata se chargent de maintenir tout ce beau monde. Le tableau de bord a été piqué à une Sport Evo et équipé d’une rehausse pour recevoir des manos complémentaire VDO. Derrière le volant deux branches tulipé Sparco, un compte tours Omori a été fixé sur la colonne de direction. Pour le reste, on retrouve quand même l’ordinateur de bord, les vitres élec, une sono et la clim… oui, la voiture est street legal. Ca fait rêver !

Alors oui, il faut libérer les M3 E30 ! Les débrider et les shooter avant de les lâcher sur circuits. Elles ne demandent que ça… et vous verrez, à la fin elles vous diront merci !

© Max Power Motors via BaT