Sélectionner une page

De notre côté de l’Atlantique, c’est rare de voir un gars se lancer dans un projet débile en partant d’un utilitaire. Ok, on a déjà croisé quelques Kangoo délirants… mais comparé aux ricains, ça reste anecdotique car chez l’oncle Sam, que ce soit un pick up ou un panel (tôlé), une fois mis à la retraite, on n’hésite pas à les passer en mode custom. Et le Ford F100 Panel qui arrive va surement vous donner des envies…

Les caisses sont différentes, la culture est différente, l’état d’esprit est différente. En France, on a un peu du mal à sortir des sentiers battus… en même temps, entre les puristes, les ayatollahs et ceux qui chient sur tout à partir du moment où ça ne leur plait pas, faudrait juste que les gars comprennent que les choses, on les fait pour soi et par pour tous ces consanguins qui se prennent pour des pseudos connaisseurs.

Aux States, tout ça, on s’en branle. T’as qu’à jeter un oeil aux parkings des différents car & coffee dominicaux. Un hot rod y côtoie une supercar, garée à côté d’une Civic posée et swappée et ça continue avec une Cox airride, un restomod, une BMW vintage restaurée à neuf, un street rod… ça se mélange et souvent, à part quelques cons (y’en a de partout…), ça kiffe la bagnole en général.

La preuve avec ce Ford F100 Panel de 53 qui, en 2015, a été sorti d’une retraite bien méritée par l’équipe de Hot Rods By Our Dream Auto Museum & Restorations de Mooresville, en Caroline du Nord. Je vous l’accorde, niveau nom, ils auraient pu trouver plus simple. Enfin il n’empêche que ça n’enlève en rien la qualité du taf puisque le « fourgon » a été entièrement désossé afin de pouvoir être refait quasiment à neuf.

Niveau gueule, le Ford F100 envoie du bois… surtout cette deuxième génération commercialisée de 53 à 56 qui sort particulièrement du lot avec sa calandre béante qui semble vouloir dévorer le bitume, ses deux phares ronds, ses ailes proéminentes et musclées et son capot bombé. Il est né pour finir transformé en custom ou en hot rod, puisqu’il n’a pas besoin de grand chose pour afficher un look de tueur, d’autant plus le Panel qui apporte un peu plus d’originalité puisque dans la majorité des cas, on croise surtout le F100 en pick-up. Dans tous les cas, celui qui doit déjà vous piquer les yeux, il se contente d’une robe blanche avec quelques touches de rouge et il roule plus bas, posé sur des jantes tôle rouge en 15″ avec enjo’ chromés et chaussées en Coker Classic de 235/60 et BFGoodrich en 285/70, à flancs blancs.

Le châssis d’origine portait les stigmates d’une dure vie de labeur… que la rouille avait fini par achever. Du coup, l’équipe a préféré le remplacer afin d’y greffer des trains roulants plus modernes maintenus par des suspensions Ridetech et des freins à disques. Le minimum syndical pour encaisser la cavalerie du nouveau gazier, un V8 Ford H.O de 302 ci (5.0 l) emprunté à une Mustang accompagné d’un collecteur d’admission Holley SysteMAX avec filtre conique, d’un gros radia’ alu et d’une ligne inox sur mesure qui débouche sur deux silencieux FlowMaster totalement invisibles puisqu’ils débouchent sous le châssis juste devant l’essieu arrière… de l’under pipe ! De quoi envoyer 250 ch aux roues arrière, via une boitoto à trois vitesses. Vous aurez compris qu’ici, rien à voir avec un pro street capable d’arracher le goudron sur 400 m. Même si les 400 Nm de couple doivent bien lui remuer la tôle.

Pour que le tableau soit complet, l’habitacle a lui aussi reçu sa remise en forme. Le plancher arrière est maintenant en bois, le pavillon en moquette beige, comme dans la cabine, et les montants arrière sont tapissés de cuir caramel qu’on retrouve également sur les sièges, les contre portes et la console centrale. Niveau confort, on peut maintenant compter sur la direction assistée, sur une clim Vintage Air et une sono Pioneer. Un volant trois branches se retrouve devant un ensemble de compteurs Dakota Digital. Et basta… rien de plus, si ce n’est qu’à l’arrivée, que ce soit dehors ou dedans, ce Ford F100 Panel est juste simple et efficace !

© the_patina_group via BaT