Sélectionner une page

Vous aimez les roadsters anglais ? Oui ? Ha ! Alors cette Austin Healey 100-6 n’est pas pour vous. Surtout si vous êtes un puriste, un fan de la rouille et de la fuite d’huile d’origine ! Oui parce que celui qui arrive, à part ses origines, il n’a plus rien de vraiment anglais puisqu’il embarque un V8 et qu’il est posé sur du airride… Ah j’vous avais averti que ça risquait de n’pas vous plaire !

Austin Healey n’a vécu que 20 ans ! C’est court… d’autant plus que le catalogue n’a compté que trois modèles. L’Austin Healey 100 avec son 4 cylindres. L’Austin Healey 100-6, c’est juste l’évolution de la 100 qui, comme son nom l’indique, troquait son 4 cylindres par un 6 cylindres de 2,6 l et un empattement un chouill’ rallongé de 5 cm, car la 100-6 était également proposée en roadster biplace (BN6) ou en 2+2 (BN4). Je termine en vous disant que le nom de 100 faisait référence à sa vitesse maxi de 100 mph (160 km/h). La 100 sera remplacée par un duo, composé d’un côté de la petite Sprite, plus connue par son surnom de Frogeye, accompagnée de l’Austin Healey 3000 en rapport à son gros 6 en ligne de 3,0 l. En 72, l’histoire s’arrête… voilà, vous savez tout ! Z’avez vu, c’est simple.

M’enfin celle qui nous intéresse aujourd’hui, c’est donc une 100-6 BN6 de 59, la dernière année avant qu’elle soit poussée à la retraite par la 3000. Sauf qu’entre sa sortie d’usine et aujourd’hui, notre roadster anglais a connu une carrière avec une fin dramatique, avant de renaitre en 2017… sauf qu’au passage, elle a pris cher.

En tout cas, en 2017, l’anglaise n’était plus en état de rouler avec un bloc qui avait rendu l’âme et une caisse qui nécessitait d’une bonne remise en forme. Sauf qu’aux States, il est plus simple et moins couteux de passer sur du made in USA que de faire venir des caisses depuis l’Angleterre. Voilà voilà… voyez v’nir le truc. Et c’est à partir de là que les puristes vont commencer à baver et à s’exciter, surtout qu’il leur en faut vraiment pas beaucoup…! Ah si, quand tu vois comment ils s’énervent sur un virtual (un dessin hein… un truc qui n’existe pas et qui n’existera jamais !)…

Bon, la caisse a été refaite et passée en mode racing. Les pare-chocs sont virés, le capot gagne des fixations rapides, les prises d’air de la face avant reçoivent des grilles inox, tout comme les ailes avant qui se voient équipées d’ouïes latérales. Enfin, une robe rouge vient l’habiller.

Dedans, derrière le volant trois branches, la planche de bord en alu bouchonné accueille une collection de manos et de commutateurs, la sono et… une gestion Airlift… mais j’y reviens un peu plus loin. Les sièges et les panneaux de portes sont recouverts en vinyle noir avec un fin liseret rouge. Enfin pour finir le tableau, une moquette neuve, un extincteur et un arceau. Go baby go !

Car sous le capot, oubliez le 6 en ligne 2,6 l de 117 ch. L’anglaise est passée en small block, un V8 Chevy 350 ci (5,7 l) L82 de 253 ch et 386 Nm hors taxes… en effet, en y étant, il a troqué son carbu pour une injection et une pipe d’admission FiTech, des culasses ATK et une ligne sur mesure qui débouche en side pipe. Les watts passent par une boitoto 700R4 à 4 rapports avant de débouler sur les boudins Falken en 195/60/15 qui recouvrent des American Racing.

En dessous, le châssis a été refait, renforcé, upgradé et maintenu par un kit Air Lift (d’où la hauteur de caisse sur les photos… qui ne la montrent malheureusement pas une fois posée). J’vous laisse perdre votre temps dans des débats stériles sur l’efficacité en précisant qu’Air Lift équipe plusieurs équipes de NASCAR. Enfin le freinage a pris du grade histoire de calmer les excès d’optimisme.

Bon, ben voilà encore une caisse bien tapée et qui doit sérieusement remuer. Pour ne rien gâcher, ces roadsters anglais sont faits pour recevoir une touche racing. N’en déplaise aux puristes, mais d’origine, ils sont souvent trop sages… et ne demandent qu’à être un peu shootés pour se lâcher. C’est chose faite pour cette Austin Healey 100-6 qui, si elle avait été d’origine, n’aurait surement pas posé ses roues ici !

© RevolutionJoel via BaT