Mercedes 600 SEL en Straight pipe : Quand Mozart rencontre Iron Maiden ! 6



La Mercedes S600 L W140, c’est l’opulence germanique des 90’s dans toute sa splendeur. Un pachyderme mécanique, souverain de la file de gauche, dans lequel on se vautre au milieu du luxe et la technologie la plus avancée de l’époque. Sauf que là, une fois passée par la case VDR84, il y a un truc qui cloche ! Attention, vos tympans ne vont pas s’en remettre…

Mais avant de passer au décrassage en règle, laissez moi vous parler du monstre qui vient poser ses 2T400 sur votre blog préféré, la Mercedes 600 SEL W140. Quand Mercedes présente son nouveau vaisseau amiral à Genève en 91, l’objectif est d’abord de montrer c’est qui le boss, mais aussi de venir calmer les ardeurs d’une vulgaire japonaise qui vient bouleverser les règles bien établies du premium, la Lexus LS400.

Oublions les petites et vulgaires V6 et V8, car pour le coup, l’étoile a sorti le grand jeu avec un majestueux V12 de 6.0l pour 408 ch (Puissance rabaissée à 394 ch pour le millésime 94, afin de répondre aux nouvelles normes ricaines et européenes). Même si le palace roulant accuse quasiment 2T500 en ordre de marche, les 12 gamelles et leur 60 mkg de couple envoient l’enclume de 0 à 100 en 6 secondes, lui font passer les 400m en 14,8 et la barre des 1000m en 26,2. 

Même si physiquement, la W140 a su trouver sa place, malgré un style particulier et surtout encombrant, elle a ses adeptes. Puis de toute façon, avec la 600 SEL, l’essentiel n’est pas dehors, mais dedans. Totalement isolé du monde extérieur, l’habitacle est un cocon de luxe et de technologie. Un troupeau de vache a dû y passer pour fournir le cuir pleine fleur, qui habille quasiment chaque cm2 où vous regardez, tableau de bord, sièges, panneaux de porte, accoudoirs… et si ce n’est pas du cuir, c’est de la moquette, de l’alcantara ou de la ronce de noyer ! A noter le double vitrage à isolation thermique, phonique et traité contre les U.V et la condensation ! Ah vous vous en rendez compte quand vous sortez de la voiture, vous avez l’impression de sortir d’un coffre fort !

Au milieu de tout ce panel de matériaux nobles et raffinés, on trouve les boutons, commutateurs, et commandes diverses et variées. Si aujourd’hui, on essaye de tout réunir sur des écrans tactiles qui seront surement la future source de suicides principale de mécanos dans 15 ou 20 ans, à l’époque, plus y en avait et plus on montait dans l’échelle sociale ! Donc si ton tableau de bord avait la varicelle c’est que t’avais réussi ta vie… et la Mercedes 600 SEL, elle en a de partout…

Clim bi-zone, réglages des différentes parties des sièges avec 3 mémoires, store arrière, appuis tête rabattables, suspensions pilotées, mode hiver, réglage des rétros, toit ouvrant… tout et n’importe est l’occasion de rajouter un bouton ! Ca vient des 90’s, on s’y habitue rapidement et ça ne peut que choquer des geeks… Mais 25 ans plus tard, ça fonctionne encore comme au 1er jour et ça surement toujours le cas dans 25 nouvelles années ! Pour l’anecdote, cette 600 SEL qu’on a essayée et qui est actuellement à vendre chez VDR84, était la voiture personnelle d’Alexis Grüss. 

Une fois sur la route, malgré la puissance, oubliez toute notion de sport… Ca se vautre, ça plonge, ça lève le nez et ça picole du 15l au 100 juste en effleurant la semelle. C’est la rançon du V12… Un V12 les gars ! Ca se savoure, ça se respecte, ça se conduit en bouche en cul de poule et le p’tit doigt en l’air, bercé par un bon Sinatra qui se déverse des 18 hauts parleurs, et la vitre entre-ouverte pour profiter de la ligne dont les valves pilotées la font passer en en Straight pipe… Ah, ça c’est le p’tit plus VDR84. Vous savez, le genre de connerie qui naissent d’une discussion entre potes. 

Tout a commencé lors d’un de nos rencards des Gentlemen Street Sundays. Quand Stephane a rentré sa 600 SEL, Gilles et moi avons aussitôt pensé à cet article qu’avait écrit Matthieu il y a 4 ans. L’idée a pris le temps de germer dans l’esprit un peu dérangé de Stephane… Et comme il est aussi débile que nous, il l’a fait. Il a pris contact avec l’équipe de Speedworks, et ils lui ont concocté une ligne full inox, juste au départ des collecteurs, avec cata’ sport et silencieux… Mais si le coeur vous en dit, un bouton magique actionnera un valve qui passera le souffle du V12 en Straight pipe… Et là les gars, c’est juste totalement délirant ! Un coup de gaz, et tu ruines tous les tympans à 500m à la ronde. Le plus fendard est de voir la tête des gars en train de chercher d’où peut bien venir ces hurlements… ils vous regardent à plusieurs reprises en se disant que non, une telle caisse ne peut absolument pas gueuler comme ça… Mais où se cache la supercar ?!  

La supercar, elle fait la taille d’un cachalot, pèse le poids d’un porte avion et hurle sa mère comme King Kong sous ecsta ! Et elle est à vendre… pour le prix d’une série 3 d’occase ! Oui, pour le prix d’un 6 en ligne de 10 ans et 150.000 bornes, vous pouvez rouler dans le luxe, bercé par les ronrons (Mais violents les ronrons hein !) d’un V12 shooté à la testo… Contactez VDR84, et profitez en pour rouler différent !

© DLEDMV via Titi – Merci à VDR84 & au village de Maubec où le shooting a été réalisé.  



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 commentaires sur “Mercedes 600 SEL en Straight pipe : Quand Mozart rencontre Iron Maiden !