Sélectionner une page

La Subaru SVX fait partie du club assez fermé des vrais ovnis sur roues. Une config assez sympa a base de moteur a plat, de transmission intégrale, de confort et… Une putain de boîte auto qui castrait tout ce qu’elle avait à donner. Pas contents ? Alors swappez une manuelle !

Quoi ? Vous savez pas ce que c’est la Subaru SVX ? Pourtant on en a parlé dans notre dernier podcast, faut suivre un peu ! On se réveille ! Allez, puisque je suis sympa, je vous mets le lien ici, comme ça vous pourrez écouter nos conneries quand vous avez la flemme de lire.

Et puis je réfléchis tiens, on en a même déjà parlé deux fois ! Spoiler Altert ! Allez jeter un œil à ce qu’on en a dit avant de continuer, car cet article va essentiellement parler de ce qui manque le plus à la SVX. On dit que c’est ok les gars ? On peut maintenant vous dire que la SVX est une super caisse, sauf concernant sa… Boîte de vitesses. A l’image de la Volvo S80 T6, la Subaru SVX n’a été proposée QUE avec une boite auto 4 vitesses.

Alors il existe de super boites auto mais là, on est sur un truc aussi anémique qu’une tétraplégique en levrette ! Alors ouais, on sait qu’on est sur un gros coupé confortable et à tout faire. Avec son 6 à plat Boxer 3.3L de 230 ch, ses 4 roues motrices et son équipement complet digne d’un salon anglais, on a là une machine que rien n’arrête. Le gros coupé qui peut emporter la famille pour les virées dominicales. C’est ça, la vocation première de la SVX.

Mais c’est un peu comme la bombasse geek qui n’en a pas conscience. On se dit qu’avec cette ligne, ce châssis, et ce putain de moteur, c’est quand même dommage de pas tenter de faire quelque chose pour lui apporter plus de… Fun. Une boîte manuelle ! Et pas besoin d’aller chercher bien loin, car c’est d’une WRX que provient la boîte 5.

Alors oui, on vous dit ça comme si c’était simple, mais n’allez pas croire que ce genre d’opérations se borne à changer un organe par un autre. Déjà, ‘faut trouver un embrayage qui va faire le job. Parce que oui, virer une boîte auto pour une manuelle quand d’origine le constructeur propose les deux c’est déjà pas une mince affaire. Mais au moins mécaniquement on a la pièce qui fite pour la BVM. Sauf que là, le bloc EG33, il a été monté QUE sur la SVX, et QUE en boîte auto ! Donc ‘vas t’accrocher pour trouver de la pièce compatible (ou sur-mesure, mais laisses-y une couille…). Ici, c’est un embrayage Excedy Stage 1 qui se charge de faire le lien. Ouf, déjà un problème de réglé.

Mais après, faut aussi y ajouter euuuhhhh…? Une pédale ! Ah ouais ça aide ! Et pareil, quand la caisse est pas prévue pour, faut tout réfléchir et tout créer. Puis maintenant qu’on a la pédale, va falloir implémenter tout le système d’émetteur et récepteur d’embrayage et la plomberie qui va avec. Rien que ça ! Ah, et puis rajouter un levier aussi, avec sa tringlerie !

Bon, alors si on réfléchit, on a la boîte, l’embrayage, la pédale, le levier, le système qui fait que mécaniquement le bordel fonctionne mais… Reste la partie électronique ! Ben ouais, ‘vas expliquer au calculo que du coup c’est un pied gauche et une main droite qui s’occupe de faire le taff de Josiane (l’ex-BVA, cherchez pas à comprendre pourquoi, moi non plus je sais pas d’où ça sort) ! Donc une fois tout ça fait, tu peux enfin te dire que tu vas profiter de ta SVX libérée de son enclume.

Et paraît-il, ça change complètement le feeling de la bagnole. Là où on était frustrés d’avoir cette castration de puissance relative à un lien uniquement hydraulique entre moulin et boîte, tout est plus vif. Les 233 ch peuvent enfin causer avec le bitume, et faire le con avec cette intégrale devient sous-entendu. Le principal « défaut » de la SVX est effacé, et on a là un coupé qui ne demande qu’à en découdre avec les références du genre !

D’ailleurs, question style, cette SVX ne laisse pas non plus indifférent. Les jantes d’orig’ dégagent pour un set de Fifteen52 Turbomac en 18, le tout posé sur des combinés Gecko. Une calandre JDM, une petite ligne Stebro, des plaquettes plus performantes et un radiateur alu viennent compléter le tableau. J’sais pas vous, mais vu la config, ça sent quand même un peu la caisse qui va aller jouer en col… Quoi ? 1600 kg ? Boh, ça, c’est un détail !

© Bringatrailer