La Datsun 240z ou FairladyZ est une véritable muse pour les amateurs de vielles japonaises. Petit coupé à caractère sportif, elle veut détrôner ses rivales européennes sur le sol américain. Vous dites “petite bouille sympathique ?” Je dis plutôt qu’elle a un beau p’tit cul. Retour sur la Nissan / Datsun qui a réussi à jouer dans la cour des grands.

'73 Datsun 240Z 1973 - Le coupé jap' immortel ! 1

Datsun, c’est Nissan qui veut conquérir le monde. Les 3 premières lettres viennent des 3 noms des investisseurs à l’origine de la marque au début du siècle dernier. Je vais pas rentrer dans les détails, c’est des noms évidemment imprononçables. En 1931 une DATson est présentée (“fils de DAT” une fois traduit), on remplace le “o” par un “u” et on obtient la marque Datsun pour faire référence au soleil levant. Marque qui, disparaîtra en 1981. Au japon, la 240z est vendue sous le nom “Nissan FairladyZ”. Que de poésie !

'73 Datsun 240Z 1973 - Le coupé jap' immortel ! 2

Je sais pas si c’est volontaire, mais en anglais “Dat” c’est aussi une version plus courte et percutante de “That”. Donc, “dat sun !” c’est aussi pour dire “t’as vu ce soleil ?!”. Ou alors “Shake dat ass !” pas besoin de vous faire un dessin, c’est sûrement ce qu’ont dit les américains quand ils ont vu débarquer la Datsun 240z présentée dans la fin des années ’60.

'73 Datsun 240Z 1973 - Le coupé jap' immortel ! 3

La recette est simple. Il faut faire un coupé économique, un brin sportif, et que ça plaise aux américains. C’est réussi. En 1969, vous pouviez vous procurer une 240z pour 3526 dollars. Ce qui donnerait aujourd’hui avec l’inflation, environ 23 000 dollars. La moitié d’une Nissan 370z 2020. Bon, c’est incomparable, mais ça nous donne une idée de la douille incroyable qu’on se prend dans les dents.

'73 Datsun 240Z 1973 - Le coupé jap' immortel ! 4

Les ingénieurs de chez Nissan ont déroulé la liste des pièces en stock et ont tapé dans tout et n’importe quoi pour pouvoir réussir avec brio ce petit coupé. Niveau châssis, on a des jambes de suspensions et des bras inférieurs de la Nissan Laurel 1800, et à l’arrière, le système de suspension provient d’une Lotus Elan. Le moteur est un 4 cylindres de la Nissan Bluebird 510 sur lequel ils ont rajouté 2 cylindres pour déconner. Et finalement, le soufflé, est bien monté. 116 712 exemplaires vendus, on peu parler de succès !

'73 Datsun 240Z 1973 - Le coupé jap' immortel ! 5

Des lignes vives, un style rétro attachant, mis à part les problèmes récurrents de rouilles comme sur beaucoup de japonaises (pour pas dire toutes), elle est parfaite pour nos petits cœurs de nostalgiques qui aiment quand ça ronfle et quand ça sent l’essence. Alimentée par deux carbus SU, elle produit 150 ch SAE soit environ 130 ch din. On oserait pas se frotter à une Mustang Fastback de ’67, mais on peut déjà ruiner quelques Porsche 914 !

'73 Datsun 240Z 1973 - Le coupé jap' immortel ! 6

En position GT, bien placé au volant, on apprécie énormément ce tableau de bord typé sportif avec ses cadrans enfoncés. Volant tulipé, couleurs disco, plastique noir qui craque, 4 vitesses, ça sent fort les années ’70. Ca sent tellement fort, qu’on pourrait croire qu’il y a des flacons de LSD et des champis’ dans la boîte à gants. Roufla quoi ? Rouflaquettes ?

'73 Datsun 240Z 1973 - Le coupé jap' immortel ! 7

Cet exemplaire ici présent, est affublé d’extensions d’ailes, d’une lame avant agressive, de jantes Rota dorées en 16″ à gros déport et bénéficie d’une suspat’ rabaissée. De plus, un 2.8L 6 cylindres de 150 ch din provenant d’une 280z, grande soeur alourdie et plutôt moche de la 240z sur laquelle je ne m’attarderai pas, fut placé en remplacement du moteur d’origine. Légère modif’ oui, mais diablement efficace ! C’est juste parfait, pas plus, pas moins. Sa teinte en rouge foncée qui tire vers le marron, s’accorde super bien avec le reste. Pourtant, sur une Audi A4, ça serait clairement dégueulasse. Mais on est pas là pour parler de berline fadasse non ?

'73 Datsun 240Z 1973 - Le coupé jap' immortel ! 8

Mettant de côté les soucis de rouilles, il faut souligner le fait que la 240z est increvable. Et tellement infatigable qu’elle participe au East African Safari en 1971. Une course qui met à rude épreuve la mécanique mais aussi les participants. Elle remporte la 19ème édition haut la main avec son 2.4L 6 cylindres de 210ch. L’année d’avant c’est la Nissan Bluebird qui gagnait la 18ème édition. Ce n’est définitivement pas une légende que les japonaises sont faites pour vous enterrer tous autant que vous êtes !

'73 Datsun 240Z 1973 - Le coupé jap' immortel ! 9

© oregondatsun via BaT